< CAMPAGNES APE
 
Environnement :
GREENelle ou Grrr...enelle ?

 

Pourquoi cette campagne ?
Participez au Grenelléthon !
Agriculture : NONsanto !
Biodiversité : L'homme qui a vu l'ours

Nuisances sonores : Une minute de silence
Santé : De TcherMobile à OhChimie
Energie : des mesures dans le vent
Transport : Un train... de mesures
Déchets : n'en jetez plus !
Publicité : Bouigues Brother...
Gouvernance : L'Etat... d'urgence
Mémento du GREENelle (.pdf - 10 Mo)
Revue de presse

 

Campagne n°27 :
Environnement : GREENelle ou Grrr...enelle ?


Téléchargez le quatre pages de campagne

Téléchargez les cartes postales

Accédez à la WebTv du Grenelle Off
Visionnez le Mémento du GREENelle
   


Pourquoi cette campagne ?

L'annonce, par le Président de la République, de la tenue d'un Grenelle de l'environnement a surpris et le rythme imposé a pris de vitesse tous les acteurs en présence. Les crises écologiques sont soumises à l'urgence médiatique... au risque de mélanger vitesse et précipitation.

Or, l'appréhension de la complexité environnementale impose au contraire de résister à la dictature de l'immédiateté. Pour ce faire, nous devons nous donner les moyens de penser la complexité, en décloisonnant une analyse par trop parcellisée. Causes et conséquences doivent retrouver une cohérence grâce à une nouvelle éthique de la responsabilité.

Sans préjuger des résultats de ces négociations, la récente conversion écologique du nouveau locataire de l'Élysée va l'amener à rencontrer des associations déterminées à peser, sans a priori mais sans angélisme. D'ici à la fin octobre, plusieurs dizaines de milliers de citoyens doivent désormais prendre position et l'exprimer ouvertement aux principaux intéressés afin de créer un véritable rapport de force. Sans l'appui d'une opinion publique déterminée, le Grenelle de l'environnement se soldera par la médiatisation de mesurettes destinées à cacher une inaction lourde de conséquences.

Nucléaire, OGM, autoroutes, pesticides, biodiversité, antennes relais, incinérateurs, nuisances sonores, agression publicitaire... l'ampleur de la crise écologique a de quoi faire frémir. Malgré la cécité des dirigeants politiques et décideurs économiques, le déterminisme environnemental opérera, de gré ou de force, avec ou sans nous, un changement profond, un bouleversement structurel. Il est donc de la responsabilité de la société civile de sensibiliserlesdécideurs qui ont pris la mauvaise habitude de regarder ailleurs pour mieux fermer les yeux...


Participez au Grenelléthon

Sans prétendre à l’exhaustivité, Agir pour l'Environnement vous livre quarante propositions réparties en neuf grands thèmes. Ces propositions sont à classer en trois rubriques, les plans à mettre en œuvre en 5 ou 10 ans, les moratoires stoppant les dérives les plus criantes et les mesures précises applicables immédiatement. Chaque proposition fait l’objet d’une fiche détaillée disponible sur www.agirpourlenvironnement.org et compilée dans le « mémento du GREENelle ». Parce que la précipitation avec laquelle est organisé le Grenelle de l’environnement rend l’évaluation du processus particulièrement ardue, ces quarante propositions feront l’objet d’un suivi précis et d’une analyse circonstanciée permettant ainsi de noter les avancées, les reculs, les statu quo et les non-dits. Dès aujourd’hui, nous vous invitons à participer massivement au Grenelléthon en renvoyant les cartesréponses ci-jointes au président de la République, au ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables ainsi qu’à la secrétaire d’État à l’Écologie. En nous renvoyant la quatrième carte-réponse, nous serons en mesure de comptabiliser chaque jour, le nombre de citoyens ayant participé à cette campagne.

Lire l'Edito du Mémento du GREENelle


Agriculture : NONsanto !

Malgré une opposition constante des citoyens aux OGM, les no man's land réglementaires permettent à un agriculteur de semer, contaminer et récolter des cultures OGM sans responsabilité identifiée et définie. Faute de registre précis des mises en culture, les lieux de contamination ne seront même pas connus. Or, les consommateurs recherchent des produits de qualité, sans OGM ni pesticides. La Politique Agricole Commune incite à augmenter les rendements en subventionnant la quantité au détriment de la qualité, en soutenant financièrement l'irrigation et maintenant en appelant au remplacement des jachères -haut lieu de la biodiversité- par la culture d'agro-carburant.

L'État français doit conditionner une partie des aides PAC au respect de l'environnement et inciter les paysans à se tourner vers une agriculture en adéquation avec son milieu.

Mesure n°1 : Fixer un objectif de 10 % des surfaces agricoles françaises en agriculture biologique d'ici 2012
Mesure n°2 : Consacrer 10 % de la surface agricole utile en surface de régulation écologique (haies, bandes enherbées...)
Mesure n°3 : Adopter un moratoire sur les OGM
Mesure n°4 : Etablir un registre public et précis des cultures d'OGM
Mesure n°5 : Etablir une écoconditionnalité des aides agricoles et suspendre les subventions à l'irrigation


Biodiverité : L'homme qui a vu l'ours

La France est le 5e pays au monde pour le nombre d'espèces menacées d'extinction : surexploitées et affaiblies, les espèces disparaissent à un rythme 100 à 1000 fois supérieur au taux moyen observé dans l'histoire de la Terre. Les politiques de protection de la nature sont trop orientées vers la réparation sans réelle cohérence.

Or, le vivant est intimement interconnecté, nécessitant des politiques intégrées. L'État doit enfin respecter son vou d'enrayer l'érosion de la biodiversité d'ici 2010, en mettant en place des politiques ambitieuses, cohérentes et de long terme.

Mesure n°6 : Etablir des corridors biologiques reliant les zones d'intérêt écologique et constituant un réseau écologique national limitant la fragmentation des milieux
Mesure n°7 : Réaliser un inventaire le plus exhaustif possible du patrimoine naturel
Mesure n°8 : Compléter la liste des espèces protégées en y incluant notamment les invertébrés, plantes et poissons
Mesure n°9 : Ajuster et respecter les quotas de pêche grace à une analyse socio-économique tout en instaurant un moratoire sur la pêche des espèces de grand fond
Mesure n°10 : Créer une Agence de la Nature


Nuisances sonores : Une minute de silence

Les nuisances sonores sont dénoncées par une large majorité de nos concitoyens comme la première gêne à laquelle ils sont confrontés. Pourtant, le bruit ne semble pas faire l'objet d'un traitement particulier. La multiplication des points noirs du bruit, zones dans lesquelles les nuisances sonores excèdent les 65 décibels diurnes, est le résultat d'un développement qui privilégie toujours les grandes infrastructures sans penser leur insertion territoriale.

C'est ainsi qu'un environnement sonore dégradé subi par des centaines de milliers d'individus devient la règle et le droit au calme l'exception.

Mesure n°11 : Etablir un plan d'action de résorption des points noirs du bruit
Mesure n°12 : Créer des observatoires du bruit à l'échelle des agglomérations
Mesure n°13 : Créer une taxe sur les pneumatiques affectée à la lutte contre les nuisances sonores


Santé et environnement : De TcherMobile à OhChimie

Notre politique sanitaire repose en grande partie sur une politique curative. Une politique de santé environnementale devrait privilégier la prévention et le principe de précaution.

Les expositions du grand public aux champs électromagnétiques se multiplient. En France le niveau de champ électromagnétique issu des antennes relais est le plus élevé au monde ! De même, rien n'empêche aujourd'hui un opérateur de vendre des portables à des enfants de 4 ans ! Les substances chimiques sont introduites subrepticement dans nos aliments, nos maisons, notre eau, notre air. et notre corps. Reprotoxiques et se concentrant tout au long de la chaîne alimentaire, les pesticides doivent être évalués au regard des risques qu'ils font peser sur notre santé et sur l'environnement.

Mesure n°14 : Renforcer le poids de l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale en imposant une expertise indépendante, pluraliste et transparente
Mesure n°15 : Adopter un nouveau seuil d'exposition des riverains d'antennes relais à 0.6 v/m
Mesure n°16 : Interdire la commercialisation et la promotion des portables pour les enfants de moins de 14 ans
Mesure n°17 : Interdire la vente libre de pesticides
Mesure n°18 : Réduire de 50% le recours aux pesticides d'ici à 2010


Energie : des mesures dans le vent

Au premier semestre 2007, la France a diminué sa consommation électrique de 5 %, après une baisse de 1 % en 2006. Malgré ce constat encourageant, la France table toujours sur une augmentationcontinue de la consommation pour légitimer la construction de nouvelles centrales nucléaires, aussi coûteuses qu'inutiles, ajoutant de la surproduction à la surcapacité déjà existante.

Pétrole, gaz et uranium sont des ressources dont les stocks s'épuisent à un rythme inquiétant. Pour anticiper cette inéluctable raréfaction, un État responsable doit impulser une véritable politique de sobriété et d'efficacité énergétique couplée à un développement des énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, capteur solaire, géothermie, bois-énergie.).

Mesure n°19 : Fixer un objectif de 20 % d'énergies renouvelables d'ici à 2020 dans le mix énergétique français
Mesure n°20 : Isoler 400 000 logements par an avec pour objectif une consommation annuelle de 50 kWh/m² pour les constructions neuves et 80 kWh/m² pour le bâti ancien
Mesure n°21 : Imposer pour tout nouveau permis de construire, le recours à l'énergie solaire pour l'eau chaude sanitaire
Mesure n°22 : Adopter un moratoire sur l'EPR, nouveau réacteur nucléaire prévu à Flamanville dans la Manche
Mesure n°23 : Fermer la plus vieille centrale nucléaire française encore en activité située à Fessenheim en Alsace
Mesure n°24 : Subventionner le remplacement du chauffage électrique, coûteux pour l'usager et totalement inefficace


Transport : Un train de mesures

Le dérèglement climatique est une menace que plus personne ne conteste. Pourtant, les mesures concrètes tardent à venir. Le secteur des transports a augmenté ses rejets de plus de 23 % depuis 1990 pour atteindre 26 % des émissions nationales de CO2.

Cette explosion met en lumière le refus des pouvoirs publics à réglementer efficacement un secteur particulièrement « climaticide ». Transport de marchandises par camion, 4x4 à vocation urbaine, généralisation de la climatisation, augmentation des distances parcourues, recours accru aux déplacements aériens. le nombre d'acteurs incriminés nécessite des mesures fortes inscrites dans la durée.

Mesure n°25 : Fixer à 120 g/km les rejets moyens de CO2 des véhicules neufs vendus dès 2012
Mesure n°26 : Diminuer de 10 km/h la vitesse autorisée sur autoroute
Mesure n°27 : Adopter un moratoire sur les projets routiers et autoroutiers
Mesure n°28 : Créer une éco-redevance sur le transport routier finançant le développement du fret ferroviaire, fluvial et maritime
Mesure n°29 : Instaurer une taxe intérieure sur le kérosène

 

Déchets : n'en jetez plus !

La France a l'un des taux de recyclage les plus bas d'Europe et le plus grand parc d'incinérateurs. Plus de 80 % des déchets ménagers sont aujourd'hui incinérés ou enfouis, alors que 13% seulement sont recyclés. Une politique de prévention des déchets doit inciter les industriels à réduire leurs emballages alors que le système actuel épuise nos ressources naturelles et nous asphyxie de fait !

Mesure n°30 : Fixer un objectif de 50% de déchets recyclés ou compostés
Mesure n°31 :
Adopter un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs
Mesure n°32 :
Moduler annuellement la taxe sur les emballages en fonction du pourcentage réel de recyclage
Mesure n°33 :
Instaurer une consigne sur les bouteilles d'eau

 

 

Publicité : Bouigues Brother...

Trois mille fois par jour, des stimuli commerciaux viennent sursolliciter le consommateur potentiel. Face à cette saturation, les publicitaires tentent de violer les résistances érigées par des cerveaux disponibles. mais saturés ! Olfactive, sonore, mouvante, agressive, provocatrice, l'invasion publicitaire cible son public pour mieux l'enrôler.

Face aux critiques, le lobby de la publicité oppose des arguments faussement écologiques ventant les mérites de produits anti-écologiques. L'absence de régulation étatique permet au monde publicitaire de s'autoréguler fictivement grâce à un Bureau de vérification de la Publicité composé d'acteurs de la publicité.

Les conséquences de la publicité sur les comportements individuels et le mimétisme qu'elle provoque doivent être sérieusement encadrés tant sur la forme que sur le fond.

Mesure n°34 : Créer une Haute autorité de la publicité chargée du contrôle effectif du contenu des publicités
Mesure n°35 : Faire respecter la loi en exigeant le démontage des milliers de panneaux publicitaires illégaux
Mesure n°36 : Interdire les publicités incitant à un usage irrationnel de l'énergie
Mesure n°37 : Interdire les publicités énergivores (panneau déroulant, lumineux, publicités sur camion ou avion)

 

Gouvernance : L'Etat... d'urgence !

Les questions écologiques sont encore trop souvent abordées une fois les choses « sérieuses » décidées. Tant que les entités publiques, privées, locales, régionales, nationales et supranationales n'auront pas fait leur révolution structurelle, le traitement de l'environnement demeurera confiné à une marginalité lourde de conséquences.

Au niveau international, le poids démesuré pris par l'OMC doit avoir un contrepoids institutionnel avec la création d'une Organisation mondiale de l'environnement coordonnant lamise enouvre des centaines d'accords multilatéraux sur l'environnement. En France, le budget du secrétariat d'État en charge de l'Écologie doit être sensiblement augmenté afin de ne plus être seulement le ministère de la parole et de la bonne conscience.

Enfin, après avoir identifié de façon transparente les partenaires environnementaux représentatifs, un Institut national de l'environnement doit être créé pour permettre la production et la diffusion d'expertise.

Mesure n°38 : Mobiliser l'État français en faveur de la création d'une Organisation mondiale de l'environnement
Mesure n°39 : Augmenter le budget du secrétariat d'État à l'Écologie afin que ce dernier atteigne 1 % du budget de l'État
Mesure n°40 : Créer un Institut national de l'environnement




 
Agir pour l'Environnement - 2, Rue du Nord - 75018 Paris - Tél. 0140310237 - contact@agirpourlenvironnement.org - 2008