EPR : Réclamer l’abandon ! | Association Agir pour l'Environnement

EPR : Réclamer l’abandon !


EPR : Réclamer l’abandon !

La France dispose de plus de 110 000 MW de puissance installée, dont environ 70 000 MW rien que pour le nucléaire. Exceptionnellement (quelques heures par an), notre pays avoisine pendant des pics de consommation les 90 000 MW de puissance appelée. En dehors de ces périodes très spécifiques, la consommation moyenne tourne autour de 60 000 à 70 000 MW. La France dispose donc de capacités de production amplement suffisantes.

Or, pour démontrer à la Terre entière que le nucléaire n'est pas une technologie du passé, la France s'entête en programmant la construction de nouveaux réacteurs EPR à Flamanville et Penly. À 5 ou 6 milliards pièce (contre 3,3 milliards annoncés), chaque nouveau réacteur ne fera qu'ajouter à la surproduction déjà constatée une électricité de base totalement inutile. Le nucléaire, technologie peu flexible, n'est en effet pas en mesure de répondre à la demande de pointe apparaissant notamment en période hivernale. L'EPR français est tout à la fois un Minitel et un Rafale : dépassé et invendable !

Mais il y a pire ! L’EPR est un réacteur fonctionnant avec un combustible Mox, mélange d’uranium et de plutonium, encore plus toxique, radioactif et dangereux que les centrales « classiques ». Dès 2009, les autorités de sûreté de trois pays (France, Finlande et Royaume-Uni) se sont inquiétées du peu de fiabilité dudit réacteur ! Lequel, réputé plus sûr, n’a pas été conçu pour résister à la chute d’un avion. Même le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire a considéré, avant de se dédire sous la pression des responsables politiques actuels, que « si la question d’un moratoire se pose, et nous nous la posons, ce sera sur la construction de Flamanville 3 » ! Bien vite, l’opérateur historique a repris les choses en main en imposant le silence dans les rangs…

Nous sommes donc appelés à renouveler notre confiance en ceux qui nous ont menés aux catastrophes nucléaires. Le lobby nous assure désormais qu’il est fin prêt à gérer l’ingérable, à maîtriser l’immaîtrisable et à penser l’impensable… Voilà le tragique d’une rationalité scientifique qui sombre dans l’irrationalité la plus totale !

Diffuser cet article :

Agir Pour l'Environnement - 2 rue du Nord - 75018 Paris - Tel : 01.40.31.02.37