LETTRE OUVERTE AUX DEPUTES
Pour une réglementation des implantations des antennes relais de téléphonie mobile

Réponse de Bernard PERRUT, Député du Rhône
Réponse de Michel VOISIN, Député de l'Ain
Réponse de Michel GREGOIRE, Député de la Drôme
Réponse de François BROTTES, Député de l'Isère
Réponse de Marc-Philippe DAUBRESSE, Député du Nord
Réponse de Marie-Françoise CLERGEAU, Députée de Loire-Atlantique
Arrêté municipal de André ASCHIERI, Député-Maire des Alpes Maritimes
Réponse de Jacques LE NAY, Député du Morbihan
Réponse de Patrick BLOCHE, Député de Paris
Réponse d'Alain BOCQUET, Député du Nord
Réponse de Jean-François MATTEI, Député des Bouches-du-Rhône

Madame la Députée,
Monsieur le Député,

L'explosion de l'utilisation des téléphones cellulaires entraîne corrélativement un accroissement du nombre d'antennes relais implantées sur le territoire français. A ce jour, plus de trente milles stations de base provoquent un brouillard électromagnétique dont les conséquences sanitaires restent mal connues.

La campagne " Insup-PORTABLES, les antennes relais ? ! ? " initiée par Agir pour l'Environnement et la CLCV en partenariat avec Priartem, la FCPE, la CGL, l'UFCS, la CSF, France Nature Environnement et Alternative Santé-L'Impatient connaît un échos considérable dans la population.

L'extrême faiblesse de la réglementation française n'a pas permis un encadrement de ces implantations et nous nous trouvons dans un situation où l'extension du réseau de téléphone mobile a été privilégiée au principe de précaution.

A ce jour, il existe une véritable urgence à anticiper l'arrivée imminente de la troisième génération de téléphonie mobile dite " UMTS " et de sa cohorte de nouvelles installations. Pour que cette technologie soit acceptée, il faudra impérativement qu'un débat public associant les populations avoisinantes ainsi que les propriétaires et locataires voit le jour avant toute nouvelle implantation et soit inscrite dans le cadre légal.

Par ailleurs, pour éviter autant que faire ce peut une crise à venir, les associations partenaires de la campagne " Insup-PORTABLES, les antennes relais ? ! ? " vous demandent de tout mettre en œuvre pour éviter les implantations situées à proximité de zones sensibles comme les habitations, écoles, hôpitaux, crèches ou encore maisons de retraite.

Enfin, pour mettre un terme à l'incertitude entourant les effets thermiques et athermiques des ondes électromagnétiques pulsées en modulation de fréquences, nous vous demandons d'établir une norme stricte suivant ainsi l'exemple de l'Italie, la Suisse ou encore la Belgique limitant de fait l'exposition des populations.

Nous espérons que la conférence de concertation initiée par le groupe d'étude Santé-Environnement qui aura lieu le 2 juillet prochain sera l'occasion d'aborder les questions sanitaires, environnementales et de débat public posées par ces antennes relais.

Par ailleurs, nous tenons à votre disposition, complétant le quatre page ci-joint, un dossier de campagne synthétisant les différentes réglementations encadrant les implantations d'antennes relais ainsi que différentes actions juridiques en cours.

Dans l'attente de vous rencontrer, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués.

Mireille Ferri, Présidente d'Agir pour l'Environnement
Stéphen Kerckhove, Coordinateur de la campagne " Insup-PORTABLES, les antennes relais ? ! ? "

> Imprimez cette page X Fermer la fenêtre