Le Maroc se positionne en faveur d’une Organisation des Nations unies pour l’environnement

 

M. Benaissa : Le Maroc attache beaucoup d'importance au projet de création d'une organisation onusienne de l'environnement
New York (Nations Unies) le : 22/09/2004

Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Mohamed Benaissa, a souligné que le Maroc attache beaucoup d'importance au projet visant la création d'une organisation onusienne de l'environnement, un organisme fiable, efficace et capable d'appuyer le processus de développement durable par de meilleures contributions, notamment en termes d'assistance technique et financière.

M. Benaissa, qui s'exprimait, mercredi à New York, lors de la réunion ministérielle du Groupe de travail sur la transformation du Programme des Nations-unies pour l'environnement (PNUE) en une Organisation onusienne pour l'environnement, a ajouté qu'en raison de leur ampleur et de leur caractère transfrontalier et interdépendant, les problèmes environnementaux ne peuvent plus être traités de manière isolée.

Ces problèmes doivent être ''examinés dans le cadre d'une approche holistique qui tient compte des aspects environnementaux, économiques et sociaux du développement'', a-t-il poursuivi soutenant que le renforcement de la gouvernance internationale en matière d'environnement, tant au niveau des structures que des accords multilatéraux, est une tâche délicate.

Il a estimé, à cet égard, que cette tâche nécessite une large concertation et une analyse méticuleuse des mérites et des lacunes des mécanismes institutionnels existants, rappelant que lors de la réunion de Montréal en 2001, la création d'une organisation mondiale de l'environnement a été proposée comme une option susceptible d'améliorer la coordination et les synergies entre les différents organes et les institutions concernées.

Un tel organisme renforcé de gouvernance en matière d'environnement devra, a-t-il souligné, être doté de moyens adéquats lui permettant de coordonner les actions et les orientations et d'assurer la cohérence entre les différents organes et accords.

M. Benaissa a, en outre, invité le Groupe de travail à tenir pleinement compte des préoccupations et intérêts des pays en développement lorsqu'il arrête ses recommandations de manière à éviter tout fardeau financier insupportable à ces pays qui demeurent les destinataires finaux du renforcement de la gouvernance dans ce domaine crucial pour le développement.

Convaincu qu'il est de la nécessité d'améliorer les arrangements institutionnels internationaux afin de faire face aux multiples défis du développement durable notamment en ce qui concerne la mobilisation des ressources financières, le transfert de technologies écologiquement rationnelles et le renforcement des capacités, le Maroc, a rappelé le ministre, a adhéré au Groupe de travail sur la transformation du PNUE.

> Imprimez cette page X Fermer la fenêtre