Agir pour l'Environnement - 20 mars 2006
Projet de loi sur les OGM : Le gouvernement mélange urgence, vitesse et précipitation !


Paris, le 20 mars 06 : Agir pour l'Environnement proteste vigoureusement contre le choix effectué par le Gouvernement d’utiliser la procédure d’urgence afin d’accélérer l’adoption du projet de loi sur les OGM et étouffer précipitamment tout débat parlementaire sérieux et approfondi ! Avec cette procédure abusive, une seule lecture sera nécessaire pour que le Sénat et l’Assemblée nationale expédient un texte bancal et mal ficelé.

Une nouvelle fois, le Gouvernement tente, avec une brutalité totalement assumée, d’imposer une législation contestée de toute part. Alors que 78% des Français réclament un moratoire sur les OGM, le Ministre de l’Education Nationale et de la Recherche, Monsieur de Robien, propose une loi sur les OGM généralisant une contamination génétique de l’ensemble des cultures existantes. Face à ce risque de pollution, le Gouvernement propose de créer un système de responsabilité et d’indemnisation complexe et minimaliste.

Si les Sénateurs devaient adopter ce projet de loi en l’état, la France serait de loin le pays le plus laxiste en matière d’OGM, minorant la responsabilité des semenciers tout en mettant un terme à l’agriculture biologique et de qualité telle que nous la connaissons aujourd’hui. Au nom d’une certaine conception de la liberté, l’agriculture biologique strictement exempte d’OGM va devoir accepter une contamination génétique chronique et ce sans pouvoir bénéficier de la moindre indemnisation !

Agir pour l'Environnement déplore vivement cette manière de procéder qui mélange allègrement urgence, vitesse et précipitation. Agir pour l'Environnement constate que ce Gouvernement est frappé d’un syndrôme de peur panique à l’idée d’avoir le moindre débat avec la société civile, ce qui l’amène à privilégier l’unilatéralisme à toute concertation sérieuse. Cette manière de procéder amène ce Gouvernement à s’enfermer dans une tour d’ivoire, totalement coupé des réalités sociales et demandes démocratiques.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre