Agir pour l'Environnement - France Nature Environnement - CNIID - Les Amis du Vent - Surfrider Foundation - Fédération Française de Spéléologie - Ligui pour la protection des Oiseaux - La Ligue de l'Enseignement - Cièle - Uminate - Action Conso - Bio ConsomActeurs - EKWO - Ecoute Nature - Moutain Riders - EcoForum - Vie et Paysages - EAUDEPARIS - Patagonia - 22 novembre 05

Premier embouteillage de Danone
Lancement de la campagne « Bouteilles et films plastiques, STOP le tout PLASTOK !»

Paris le 22 novembre 2005 : Un collectif de 20 associations, fédérations sportives et sociétés lancent la campagne de mobilisation citoyenne « Bouteilles et films plastiques, STOP le tout PLASTOK ! » pour dénoncer le recours quasi-systématique au tout pétrole, ressource naturelle et énergétique de plus en plus rare et chère alors que des alternatives moins impactantes sur la santé, les paysages et l’environnement existent.

A 10h ce matin, le collectif a organisé le premier embouteillage de Danone en rapportant plusieurs centaines de bouteilles d’eau en plastique diffusées par la multinationale. Dans le cadre de cette première opération, les associations ont remis un courrier au PDG de Danone, Monsieur Franck Riboud, pour lui demander la mise sur le marché de bouteilles uniquement réutilisables et l’arrêt de la commercialisation des bouteilles d’une contenance inférieure au litre et demi. Alors que la moitié seulement des 7 milliards de bouteilles d’eau en plastique est recyclée (c’est le 2ème plus gros chiffres après les yaourts !), il est temps de passer à la réduction à la source des bouteilles !

Entre 2007 et 2025, adviendra la fin de la consommation de pétrole bon marché. Qui plus est, le plastique produit des nuisances aussi bien en amont de sa production qu’en aval de sa consommation. C’est une matière stable qui se décompose très lentement (450 ans environ). Il fera partie du paysage mondial pendant des centaines d’années si rien n’est fait. De surcroît, la prolifération des déchets plastiques tue ou blesse de nombreux oiseaux, tortues et mammifères : nombreux sont les nids qui sont confectionnés avec des bouts de plastique, supports de bactéries et parfois coupants, qui mettent en danger la santé des oiseaux. Le plastique a également la particularité insidieuse de se décomposer en morceaux trop petits pour être récupérés lors de nettoyages et souvent invisibles à l’œil nu. Se mélangeant ainsi au sable et à la terre, ils altèrent les milieux à notre insu et risquent d’entrer dans la chaîne alimentaire animale et humaine par ce biais-là.

Les films plastiques emballant la plupart des journaux envoyés aux abonné-es, les publicités et autres formulaires administratifs dépassent les deux milliards d’unités chaque année. Des alternatives simples existent pourtant. Anneau de papier, envoi sur support électronique, film biodégradable. Nous demandons à ce que l’Etat soit exemplaire en ne diffusant plus les feuilles d’impôt sous film plastique non biodégradable.

Afin de supprimer le recours abusif à ces produits d’un usage éphémère, nous demandons en particulier au Ministre du budget de créer une taxe spécifique renchérissant les produits à forte densité kilométrique et de surtaxer les produits jetables. Nous pressons la Ministre de l’Ecologie à ré-évaluer puis re-développer la consigne partout en France, à évaluer précisément les impacts de la dissémination du plastique sur notre santé et notre environnement ainsi qu’à interdire le recours aux films plastiques non biodégradables.

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre