France Soir - 23 janvier 09
Consommation - Le marché percé des eaux en bouteille
Marché très lucratif pendant plusieurs décennies, l'eau en bouteille ne semble plus utile à la population
par Adrien Toffolet et Laura Béheulière

L'année commence mal pour les producteurs d'eau en bouteille. Une fois de plus, leurs ventes ont subi une chute vertigineuse. Moins 7,3 % en 2008. Une baisse qui s'inscrit dans la continuité d'un phénomène pour un marché qui perd de l'importance chaque année. C'est un fait, les Français consomment moins d'eau en bouteille et plus d'eau du robinet. A cela, plusieurs causes. Baisse du pouvoir d'achat, prise de conscience écologique, mais surtout une confiance retrouvée en l'eau du robinet.

Renversement de situation
Le marché de « l'or bleu » se portait pourtant bien. Les scandales sanitaires des années 1990 ont permis aux producteurs de développer en l'espace de quinze ans un marché très juteux. Il est aujourd'hui estimé à 110 milliards de dollars dans le monde. A grands coups d'opérations de marketing et de campagnes publicitaires, les grands groupes agroalimentaires ont joué et profité de la peur de la population. Méfiants, les Français se sont rapidement tournés vers l'eau en bouteille, gage de « bonne qualité ». La France produit plus de 6 milliards de litres d'eau par an.

Au début des années 2000, la situation s'inverse. L'eau du robinet est propre et sûre. Les stratégies marketing sont donc à revoir. Les eaux en bouteille ne serviraient plus simplement à désaltérer, elles apporteraient vitalité, jeunesse, ou encore minceur. Lentement, les médecins et spécialistes dénoncent les campagnes de publicités mensongères. L'homme n'a pas besoin de boire plus que ce que la soif réclame. Dernière trouvaille des producteurs : les eaux aromatisées. Après une forte poussée des ventes, ces produits, aux prix très élevés, sont les plus touchés par la baisse des ventes (- 22 %).

Sur le déclin
Aujourd'hui, le marché de l'eau en bouteille semble sur le déclin. La baisse du pouvoir d'achat a bien sûr joué un rôle important. L'eau du robinet est en moyenne 200 fois moins chère. Autre facteur important, les effets écologiques de la production, de la distribution et du recyclage du plastique des 170.000 tonnes d'emballages. Conscience écologique et eaux en bouteille ne font pas bon ménage.

L'eau du robinet est à l'heure actuelle le produit alimentaire le plus contrôlé par les autorités sanitaires. Il est donc normal que le consommateur se tourne de nouveau vers elle. 84 % des Français lui font confiance (baromètre C.I.Eau-TNS Sofres 2008). En cas de pollution, des mesures sont très rapidement prises par les autorités afin d'interdire sa consommation. C'est dans ces cas de figure que l'eau en bouteille trouve sa véritable utilité, en tant qu'eau de « secours ».

Elément vital à l'homme, l'eau, dont la quantité est limitée, devrait, semble-t-il, être utilisée à meilleur escient. La baisse continue des ventes de bouteilles d'eau témoignerait de cette prise de conscience des Français. Alors, eau du robinet ou eau en bouteille ? Avec ou sans filtre ? Simple question de goût.


--------------------------------------------------------------------------------

Robinet - C'est le produit alimentaire le plus surveillé

Malgré de nombreuses idées reçues, l'eau du robinet est depuis longtemps un produit sûr.

L'eau du robinet est potable partout en France. Tout le monde peut la boire sans crainte. Selon les régions, elle contient certes plus ou moins de chlore, plus ou moins de nitrates, mais reste très contrôlée par les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS), les collectivités et les distributeurs. Il s'agit même du produit alimentaire le plus surveillé.

Cependant, même si les consommateurs ont de plus en plus confiance en l'eau du robinet, son goût de chlore peut déplaire à plus d'un. La présence de cet élément chimique est pourtant un gage de qualité : il est utilisé comme un désinfectant, pour assurer la qualité bactériologique de l'eau lors de son transport jusqu'au robinet. Sa disparition serait signe de pollution et donnerait l'alerte. Toutefois si les Français se refusent encore à franchir le pas vers l'eau du robinet en raison de son goût, il est possible de se débarrasser du chlore. Il suffit pour cela de remplir une carafe d'eau du robinet et de la laisser reposer pendant au moins une heure au réfrigérateur. Le chlore s'évapore tout seul.

En ce qui concerne la présence de plomb dans l'eau du robinet, elle n'en contient en général que très peu (5 microgrammes est un chiffre commun). Toutefois, l'eau peut se charger en plomb si elle a stagné longuement dans les tuyaux. Après une nuit ou une absence de longue durée, il est donc conseillé de la laisser couler un petit peu avant de la boire. Enfin, le calcaire ne doit pas non plus être une source d'inquiétude pour le buveur d'eau du robinet. Une eau dure (riche en calcaire) n'a aucune conséquence négative sur la santé. L'opinion scientifique française estime même que l'eau du robinet peut couvrir une partie de nos besoins quotidiens en calcium.

Filtres à eau : impératif ou arnaque ?
Brita, Kenwood, Alpatec, Culligan. de nombreux fabricants ont exploité le filon de la « peur de l'eau du robinet » et ont mis au point des filtres à eau, carafes filtrantes et autres purificateurs d'eau. Leur succès est significatif puisque 3 millions de foyers français sont maintenant équipés d'une carafe Brita. La vente de ces carafes a progressé de 25 % sur l'année 2008, parallèlement à la baisse des ventes de bouteilles d'eau.

Mais l'utilisation de ces filtres dits « purificateurs » est-elle indispensable pour être sûr de l'eau qui est consommée ? Ces filtres permettent certes d'améliorer le goût de l'eau et de diminuer sa teneur en calcaire. Ils peuvent également « bloquer » certains métaux lourds. Mais en principe leur utilisation n'est pas justifiée puisque l'eau qui arrive dans notre robinet est potable. Ces carafes sont donc à utiliser en fonction des envies.


--------------------------------------------------------------------------------

Santé - Toutes les eaux sont bonnes

Consommer de l'eau n'est jamais mauvais pour la santé. Peu importe sa provenance.


Depuis des dizaines d'années, beaucoup d'on-dit et d'idées reçues sont apparus concernant les vertus des eaux sur la santé. Est-il préférable de consommer de l'eau du robinet ou de l'eau en bouteille ? La réponse est : un peu des deux.
Varier les eaux
Il faut distinguer trois types d'eau. L'eau minérale qui a une minéralité constante ; l'eau de source avec une minéralité plus faible et variable ; et l'eau du robinet qui est au final très proche de l'eau minérale. « Il faut varier les eaux », conseille Olivier Traxer, urologue à l'hôpital Tenon (Paris XXe). Toutes les eaux ont des propriétés différentes. Certaines ont beaucoup de calcium, d'autres de sulfate. L'eau de la marque Vichy Saint-Yorre a dans sa constitution beaucoup de fluor. Ne consommer que cette eau entraîne une surcharge en fluor qui rend les os solides, mais moins souples, ce qui augmente les risques de cassures. Varier les eaux permet donc de varier les minéraux apportés au corps.

L'origine de certaines eaux en bouteille n'est pas toujours bien indiquée. C'est le cas de la marque Cristaline, qui ne propose pas une eau venant d'une source, mais de plusieurs. L'eau n'aura donc pas la même composition en fonction de la région où on l'achète.

Au final, l'eau du robinet n'est pas très différente des autres. La présence de chlore ou de calcaire n'a aucun effet néfaste sur la santé. C'est au contraire un gage de propreté et de pureté. « Boire de l'eau du robinet ne pose pas de problème », confirme Olivier Traxer. Il est aussi possible de la filtrer. Ce procédé très à la mode n'a principalement effet que sur le goût de l'eau, mais pas sur la santé. Les eaux filtrées ont encore moins de minéraux dans leur composition. Bien sûr, une eau propre à 100 % n'existe pas. Dans certaines régions, des traces de médicaments ont été trouvées dans l'eau du robinet, mais dans des dosages infimes qui n'ont pas d'effets.

Messages mensongers
Le développement du marché des eaux a entraîné une diffusion de nombreux messages au contenu excessif. Le plus connu, « il faut boire 1 litre et demi par jour », a été depuis démenti par de nombreux médecins, qui, aujourd'hui, se battent encore pour faire comprendre à la population que boire de l'eau ne fait pas éliminer, et encore moins maigrir. Le bon conseil est de boire en fonction de sa soif et d'encourager les personnes âgées et les petits enfants à boire car ils n'ont pas ou plus la sensation de soif.

Un seul type d'eau est déconseillé par les médecins : les eaux aromatisées. Riches en sucres, elles sont les plus nocives pour la santé. Le risque est d'habituer le consommateur, souvent enfant, à boire sucré. « L'enfant finit par ne plus aimer l'eau car elle est fade à côté », précise le professeur Traxer. La consommation de boissons sucrées entraîne de mauvaises habitudes alimentaires qui conduisent à un développement de l'obésité, véritable fléau aujourd'hui.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre