Agir pour l'Environnement - Réseau Action Climat France - 25 septembre 2008
Dérèglement climatique et automobile :
Quand la banquise fond… l’Europe risque de prendre l’eau !!


Jeudi 25 septembre 2008, la Commission Environnement du Parlement européen devrait se pencher au chevet du règlement européen relatif aux émissions de CO2 des véhicules particuliers.

Etape après étape, cette réglementation européenne a connu des reculs sensibles dus au lobbying incessant de certains constructeurs automobiles. Cette érosion de l’ambition européenne amène Agir pour l’Environnement à s’interroger sur l’apport réel d’une telle réglementation du point de vue du climat et de l’environnement. Alors que la Commission européenne proposait initialement un règlement imposant un seuil d’émission de 120g/km de CO2 applicable en 2012, il semble que le Parlement européen soit prêt à adopter un seuil moyenné par constructeur de 138 g/CO2 applicable en 2015 !

Pour Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement, « l’urgence écologique se réduit à un vague argument publicitaire mis en avant par les parlementaires européens pour leur éviter d’agir concrètement. Quand les mots se substituent aux actes, la politique perd ses lettres de noblesse pour se contenter d’être l’ombre d’elle-même ».

Alors que la Présidence française de l’Union européenne cherche à tout prix à arracher un accord des Etats membres, Agir pour l’Environnement constate que le compromis qui se dessine tend à se faire sur des bases déséquilibrées et trop favorables aux constructeurs automobiles les plus négligents.

Dans la lutte contre le dérèglement climatique, l’Union européenne doit jouer son rôle en adoptant une réglementation réellement ambitieuse. Joachim Brooberg, responsable des questions Transports au sein du Réseau Action Climat constate avec amertume que « les reculades successives sont la partie immergé de l’iceberg de la lutte contre le dérèglement climatique que l’on découvrira avec la fonte de la calotte glacière ».

Les associations appellent les parlementaires européens, notamment français, à plus de solidarité avec les annonces de la Présidence française de l’Union européenne. Agir pour l’Environnement s’interroge sur le peu de cohérence entre le vote que s’apprêtent à faire les députés européens de la majorité présidentielle et la position défendue par Nicolas Sarkozy.

Une fois encore, il semble que le Président de la République soit confronté à une rébellion de sa majorité, toujours aussi rétive à transposer dans les faits les conclusions du Grenelle de l’environnement. Les grands discours ne réduiront pas, à eux-seuls l’impact du dérèglement climatique !

Contact presse :
Stéphen KERCKHOVE – Agir pour l'Environnement - Tél. 01.40.31.02.99 / 06.06.88.52.66
Joachim Brooberg – Réseau Action Climat France – Tél. 06.68.51.01.72


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre