Agir pour l'Environnement - Agir pour l'Environnement - Alternative Régionale Langon Pau - Réseau Action Climat France - SEPANSO - 14 septembre 09
Dérèglement climatique : La région Aquitaine touche le « Fonds » !
Partager


Paris/Mont-de-Marsan, le 14 septembre 2009 : Les associations engagées dans la lutte contre le dérèglement climatique et contre la construction de l’autoroute A65 dénoncent l’arnaque du « fonds de compensation carbone » lancé jeudi dernier par le Conseil Régional d’Aquitaine.

S’engouffrant dans la communication (peu convaincante) du Président de la République sur la Contribution Climat Energie, le Conseil Régional d’Aquitaine a annoncé le 10 septembre par voie de presse son intention de créer un « fonds carbone » destiné à « compenser » les émissions de CO2 liées à la construction de l’A65. Les associations sont scandalisées par le cynisme assumé du président de région, Alain Rousset, qui tente de surfer sur la vague écolo, alors même qu’il porte un projet destructeur, l’autoroute A65 entre Pau et Langon, inutile, dispendieux et générateur d’émissions de GES, sur lesquelles d’ailleurs le projet de compensation reste silencieux. Cette initiative illustre bien l’incompréhension totale des enjeux climatiques dont font preuve nombre de décideurs politiques et économiques. Alors que le débat de Copenhague a pour objet d’engager la communauté internationale sur des objectifs ambitieux de réduction du niveau d’émissions existant, les fonds de compensation fleurissent pour justifier des projets sources d’émissions supplémentaires massives. « La Région croit se racheter une conscience écologique, à l’approche des échéances électorales, mais elle s’enfonce dans une vision caricaturale du développement durable, vide de sens et de portée » dénonce Yannick Vicaire, chargé Transports/Climat à Agir pour l’Environnement.

Les associations relèvent également deux faits inquiétants dans la communication du Conseil Régional : d’une part, l’aveu qu’aucun bilan carbone sérieux n’avait été conduit jusque là alors que le chantier a déjà éventré la forêt des Landes ; d’autre part, une logique de calcul effarante, indigne et malhonnête qui aboutit à chiffrer le fonds à hauteur de 14 millions d’euros. En effet, l’abondement de ce Fonds ne sera pas basé sur l’équation raisonnable « 1 tonne de CO2 émise = 1 tonne séquestrée » mais sur un équivalent monétaire fumeux de 14€/tonne correspondant au prix du marché d’échange entre industriels européens ; « ce qui n’a absolument aucun lien avec le coût réel des mesures permettant de séquestrer 1 million de tonnes de carbone - pas plus que le nombre de points des Girondins de Bordeaux en Ligue 1, le débit de la Garonne sous le pont de Pierre ou l’indice de popularité d’Alain Rousset ! » ironise Julien Milanesi, porte-parole de l’ARLP (Alternative Régionale Langon Pau).

Plus fort encore, l’une des allocations du fonds d’ores et déjà retenue par la Région concerne le reboisement de la forêt des Landes, dévastée par la tempête Klaus, un reboisement auquel s’est déjà engagée la Région. Le projet de fonds pose également d’autres questions aux contribuables d’Aquitaine : Comment le Conseil Régional abondera ce fonds sans prélèvement nouveau ? Pourquoi ce chantier de l’industriel Eiffage devrait-il être « compensé » par la collectivité qui, à n’en pas douter, devra couvrir aussi la future absence de rentabilité d’une autoroute A65 inutile ?

Après l’invention de l’ « éco-autoroute » par le groupe Vinci en juin dernier à l’occasion de la mise en service de l’A19, l’agitation médiatique et les mesures virtuelles semblent constituer les seules réponses aux enjeux « transports » de la lutte contre le dérèglement climatique ; la faute au Grenelle resté en panne sèche sur la question des infrastructures routières, malgré les promesses de Jean-Louis Borloo.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre