Agir pour l'Environnement - 17 septembre 07
120 km/h sur autoroute : Dominique Bussereau freine déjà… !


Paris, le 17 septembre 2007 : Par voie de presse, le secrétaire d’Etat en charge des transports vient d’annoncer qu’il n’était pas favorable à une baisse de la vitesse autorisée de 10 km/h sur autoroute, arguant du fait qu’il n’était pas souhaitable de changer en permanence les règles du jeu… Dominique Bussereau espère sans doute combattre le dérèglement climatique à l’aide d’envolées lyriques.

Il est étonnant d’entendre, quelques semaines avant le Grenelle de l’environnement, un membre du Gouvernement, militer ouvertement pour le statu quo, là où l’urgence climatique réclame des mesures audacieuses et en « rupture »…

Agir pour l’Environnement déplore que le secrétaire d’Etat en charge des transports ne se saisisse pas de cette proposition simple à mettre à œuvre et efficace du point de vue du climat et de la sécurité routière. L’association constate amèrement qu’entre les beaux discours et les décisions à venir, il existe une frontière quasi infranchissable.

Le secrétaire d’Etat ne peut en permanence déplorer les conséquences du dérèglement climatique et ne pas se donner les moyens d’en résorber les causes. Le temps des décisions courageuses est désormais venu et les associations ne sauraient se satisfaire d’engagements virtuels.

La baisse de 10 km/h sur autoroute, plébiscitée par 68% des français (sondage BVA/Agir pour l’Environnement des 2&3 avril 07), permettrait un gain annuel de 2 millions de tonnes de CO2.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre