Agir pour l'Environnement - Priartém - 04 novembre 2009
Rapport de l’Office parlementaire sur la téléphonie mobile : Le rapporteur a-t-il lu l’avis de l’Afsset ?
Partager


Paris, le 04 novembre 2009 : Alain Gest, député de la Somme, rapporteur de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, présente ce jour un rapport sur la téléphonie mobile dans lequel il récuse tout effet sur la santé tant des antennes relais que des téléphones portables.

Dans une interview au Parisien, il prend même la responsabilité de juger « ridicule » l’interdiction de l’usage du portable à l’école. Pour Agir pour l'Environnement et Priartém, ce député de la Somme prend une très lourde responsabilité en récusant tout effet sur la santé issu d’une exposition prolongée aux radiofréquences de la téléphonie mobile.

Les associations s’interrogent sur la contradiction évidente existant entre l’avis de l’Afsset (Agence Française de Sécurité Sanitaire, Environnementale et du Travail) qui préconise de réduire toutes les expositions au nom du principe de précaution, et ce rapport politique qui préconise un statu quo inacceptable en matière de seuils d’exposition.

Cet avis politique de l’Office parlementaire ne peut tenir lieu d’avis scientifique. En prenant la responsabilité politique de contester l’avis scientifique de l’Afsset, Alain Gest est et sera comptable des effets potentiels d’un usage prolongé du portable.

Les associations jugent irresponsables qu’un parlementaire ne tienne aucunement compte de l’avis de l’Afsset. Pour les associations, après l’avis de l’Afsset, le statu quo en matière réglementaire ne peut décemment être justifié par une quelconque analyse scientifique rigoureuse.

Au regard des certitudes assénées par ce parlementaire, il est évident qu’Alain Gest n’a pas pris la peine de lire l’avis de l’Afsset.


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre