Le Parisien - 16 janvier 2009
Ondes électromagnétiques - Six antennes-relais retoquées
par Marie-Anne Gairaud


Ils ne s'étaient pas revus depuis un an. Leurs retrouvailles ont été assez mouvementées. La commission de concertation sur les antennes-relais de téléphonie portable, suspendue depuis un an à cause des élections municipales, a révélé son lot de surprises mardi.

Car la première commission de la nouvelle mandature de Delanoë, présidée par Anne Hidalgo, première adjointe, entourée de Denis Baupin, adjoint au maire en charge du développement durable, et de Jean-Marie Le Guen, adjoint en charge de la santé, s’est révélée assez intransigeante à l’encontre des opérateurs.
Elle s’est soldée par cinq refus d’installation de nouvelles antennes.

« Le rejet des riverains était tel qu’il ne fallait pas insister »

« Certaines demandes, comme celle de la rue Caulaincourt (XVIII e ), revenaient sur la table depuis très longtemps. Anne Hidalgo a tranché clairement en expliquant aux opérateurs que le rejet des riverains était tel qu’il ne fallait pas insister », explique Stephen Kerckhove de l’association Agir pour l’environnement, qui siège à la commission. « Pour nous, c’était Noël ! », se félicite le militant écologiste. L’opérateur Orange s’est même vu intimer l’ordre de démonter une antenne rue Olivier-Métra (XX e ). La puissance des ondes de cette installation s’était, à plusieurs reprises, révélée supérieure aux 2 V/m imposés par la Ville de Paris. « Chacun doit se montrer responsable. Parfois, nous refuserons les demandes des opérateurs, mais nous ne leur demanderons pas non plus de renoncer à toutes leurs installations », précise Denis Baupin.

L’opérateur Orange ne semble toutefois pas décidé à renoncer à son implantation rue Olivier-Métra. « Nous allons proposer de passer de 6 à 3 antennes », annonce l’opérateur. Prochaine réunion de la commission au mois de mars.

Le Parisien


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre