Agir pour l'Environnement - 19 avril 2010
Taxe poids lourds : Encore une mesure du Grenelle qui s’envole !

Partager


Paris, le 19 avril 2010 : Le Gouvernement vient d’annoncer le report de la Taxe Poids Lourds dont les sommes perçues devaient notamment servir à financer les infrastructures de fret ferroviaire. En reportant cette taxe Poids Lourds au second semestre 2012, l’Etat français se prive d’un manque à gagner évalué à plus d’1,25 milliard d’euros.

Pour Agir pour l’Environnement, « le Gouvernement a une bien curieuse façon de préparer les débats qui vont avoir lieu début mai à l’Assemblée nationale autour de la loi Grenelle2. Chaque jour est l’occasion de détricoter un peu plus les modestes avancées du Grenelle. » L’association s’interroge : « A ce rythme, que restera-t-il du Grenelle ? Une ou deux centrales nucléaires, quelques incinérateurs, des milliers d’antennes relais, pléthore de projets autoroutiers, un projet de nouvel aéroport, quelques lois anti-éoliennes… et beaucoup de beaux discours écologiques sans liens tangibles avec la réalité ?!!! »

Pour Stéphen Kerckhove, délégué d’Agir pour l’Environnement, « la rupture écologique tant annoncée par ce Gouvernement est une sorte de mirage qui disparait dès que l’on tente de s’en approcher. » Le vernis verdâtre que l’Etat a essayé d’apposer sur une politique conservatrice craquelle de toute part et il est grand temps d’en tirer tous les enseignements.

Successivement, l’Etat français a annoncé le report de la Taxe Carbone, l’annulation de la Taxe Poids Lourds, l’organisation de quatre débats publics sur des projets routiers et autoroutiers… le tout en omettant soigneusement de publier le schéma national des infrastructures de transport, comme la loi Grenelle1, en son article 16, l’y oblige avant le 31 décembre... 2009 !

Pourtant, cette Taxe devait s’appliquer aux 800.000 poids lourds circulant sur les routes françaises. Un camion de 40 tonnes circulant à 75 km/h dans de bonnes conditions de circulation consomme 35 l/100 km et rejette 920 g/km de CO2. En situation d’embouteillage ou de mauvaise circulation, la consommation d’un camion peut atteindre 360 l/100 (!) et rejeter 9,7 kg/km de CO2.

L’association constate avec amertume que la seule chose qui s’envole encore en France, ce sont les promesses avortées du Grenelle de l’environnement !

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre