www.journaldelenvironnement.net - 20 janvier 2009
Pollution lumineuse: les animaux en pâtissent aussi
par Sonia Pignet


C'est une étude parue dans l'édition de janvier de la revue «Frontiers in Ecology and the Environment» qui l'affirme: la lumière polarisée déclenche des changements de comportement potentiellement dangereux chez de nombreuses espèces animales. Les humains ne seraient donc pas les seuls à souffrir de la pollution lumineuse.

Ce travail, réalisé par une équipe scientifique internationale (essentiellement des Américains et des Hongrois), s'est intéressé à la lumière polarisée générée par les revêtements routiers, le verre des bâtiments, les étendues d'eau, etc. (de façon générale les objets noirs et brillants). Or, il n'est pas rare que les animaux soient très réceptifs à cette lumière, qui leur permet par exemple de se diriger dans l'espace.

Les chercheurs estiment que les nombreuses sources de lumière polarisée des zones urbaines (asphalte, voitures, bâches en plastique, fenêtres, panneaux solaires) créent donc de faux signaux, qui pourraient constituer un «piège écologique» pour les espèces attirées par la lumière. Et contrairement à la pollution lumineuse habituellement montrée du doigt, celle-ci a lieu jour et nuit. Les scientifiques suggèrent d'atténuer le problème en ajoutant des rideaux blancs aux fenêtres ou des marques blanches sur les routes.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre