-Information presse du 25 octobre 2007-
Grenelle de l’environnement : La grande embrouille…


Paris, le 25 octobre 2007 : Alors qu’informations et contre-informations rythment le Grenelle de l’environnement, Agir pour l’Environnement appelle les participants à bien vérifier les écrits et engagements pris réellement par le Gouvernement et non les allusions non confirmées.

Depuis deux jours, les effets d’annonce se sont succédés sans que la réalité soit à la hauteur des grandes déclarations. « Les nouvelles infrastructures routières et autoroutières seront limitées à la résolution des cas de sécurité et de congestion, ou d’intérêt local. Ce prinOcipe s’appliquera avec bon sens ». Agir pour l’Environnement constate que le Gouvernement est très loin d’avoir annoncé un moratoire sur les autoroutes.

Concernant l’incinération, le Gouvernement a préféré reporter le débat sans s’engager plus avant. Il est à craindre qu’une fois le Grenelle de l’environnement terminé, les pouvoirs publics auront à cœur de poursuivre la construction des multiples incinérateurs réclamées par certaines collectivités.

L’EPR n’a pas fait l’objet d’un débat en particulier et ce en toute cohérence avec l’attitude hyperactive et radioactive du Président de la République.

A l’instar des autoroutes, le Gouvernement a annoncé une diminution de 50% de l’usage des pesticides, avant de se rétracter bien discrètement sous la pression de la FNSEA ! « Se fixer un objectif de réduction de moitié des usages des pesticides en accélérant la diffusion des méthodes alternatives et sous réserve de leur mise au point. » L’usage des pesticides sera réduit sous réserve qu’il puisse exister des alternatives. La suppression de la date de mise en œuvre de cette mesure laisse toute latitude aux agriculteurs pour se presser lentement.

Sur les questions de biodiversité, une trame verte est attendue mais sans caractère opposable, rendant ce réseau écologique virtuel.

Enfin, sur les OGM, le Gouvernement a décidé d’activer la clause de sauvegarde pour stopper la culture du maïs MON810. L’annonce d’un moratoire sur les OGM d’à peine 5 mois et d’une loi sur les OGM adoptés en janvier porte la marque de fabrique de la FNSEA qui n’a d’ailleurs émis aucune protestation à l’égard de ces annonces cosmétiques. La célérité avec laquelle le Gouvernement compte adopter une telle loi de coexistence laisse à penser que les députés auront à débattre de la loi déjà votée par les sénateurs en 2006 et largement contestée par les associations.

A la lecture des mesures adoptées et de celles qui ont purement et simplement été supprimées des relevés de décision, Agir pour l’Environnement constate avec amertume et colère que ce Grenelle de l’environnement est un objet communicationnel sans réalité avec la révolution écologique annoncée. La déception d’Agir pour l’Environnement est à la hauteur de ses attentes.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre