Agir pour l'Environnement - 26 septembre 07
Campagne « GREENelle ou Grrr…enelle ? » Le Grenelléthon affiche déjà 12.000 participants !


Paris, le 26 septembre 07 : En moins de 15 jours, plus de 12.000 citoyens ont participé au Grenelléthon en postant une carte-pétition de la campagne d’Agir pour l’Environnement intitulée « Environnement : GREENelle ou Grrr..enelle ? » et destinée au Président de la République, au Ministre et à la Secrétaire d’Etat en charge de l’Ecologie.

Cette participation massive prouve qu’il existe une attente dans l’opinion publique, attente qui ne doit pas être déçue. Agir pour l’Environnement s’étonne de l’absence de méthode clairement affichée encadrant ce Grenelle de l’environnement, entretenant un flou préjudiciable à la bonne tenue de ce débat.

Une victoire est le fruit d’un débat pluraliste suivi de décisions politiques et d’une mise en œuvre en adéquation avec les conclusions dudit débat. Qui, comment, où, quand ? La somme des questions demeurant sans réponse laisse perplexe au regard du surinvestissement des ONG. Agir pour l’Environnement considère que pour jouer le jeu des négociations, il est nécessaire d’en connaître les règles… ce qui est très loin d’être le cas actuellement.

A quelques semaines des conclusions du Grenelle de l’environnement, l’absence de méthode s’apparente au mieux à de l’amateurisme, au pire à une tentative d’instrumentalisation des associations en cachant la finalité même du Grenelle.

De plus, Agir pour l’Environnement ne peut que déplorer la confusion permanente entretenue par un président tout à la fois hyperactif et radioactif vantant les mérites du nucléaire aux quatre coins de la planète. Ces annonces présidentielles sont opposées aux principes mêmes du Grenelle de l’environnement et augurent mal de la suite du processus du Grenelle. Sur les questions délicates ayant trait aux OGM, au nucléaire, aux programmes autoroutiers ou à l’incinération des déchets, rien n’indique que les quelques avancés issues du Grenelle seront transcrites dans des lois et réglementations et in fine appliquées.

Le rapport d’étape diffusé jeudi par le Ministre de l'Ecologie doit être l’occasion d’éclaircir définitivement la méthode et les dates retenues. A défaut, Agir pour l’Environnement ne pourrait que constater que le Gouvernement entretient délibérément une inorganisation latente et persistante pour mieux imposer ses vues et empêcher toute mobilisation citoyenne.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre