Agir pour l'Environnement - PRIARTéM - 14 juin 2005

Téléphonie mobile : Une Agence française de sécurité sanitaire sous influence !


Paris, le 14 juin 2005 : Alors que le directeur scientifique de l’AFSSE vient d’annoncer sa démission en dénonçant notamment la partialité de certains comités d’experts rédigeant les avis scientifiques de l’AFSSE, alors que le précédent rapport sur la téléphonie mobile rendu par l’Agence avait donné lieu à une dénonciation par la presse du manque d’indépendance de ses auteurs, l’AFSSE rend public aujourd’hui un nouveau rapport rédigé une fois encore par le même petit noyau d’ « experts officiels ».

Une nouvelle fois, Bernard Veyret qui reconnaît lui-même que son laboratoire est financé en partie par les opérateurs de téléphonie mobile, Isabelle Lagroye, travaillant sous les ordres de Bernard Veyret, Gilles Dixault anciennement responsable des risques électromagnétiques au Ministère de la Santé et actuel secrétaire scientifique de l’Afsse produisent un rapport niant ou tentant autant que faire se peut de nier les risques induits par l’utilisation du portable et l’exposition aux radiofréquences générées par les antennes relais.

Les associations Agir pour l'Environnement et Priartém dénoncent la composition une fois de plus monolithique et partiale de ce groupe d’experts qui considèrent le stakhanovisme rédactionnel et la publication pléthorique de rapports rassurants (à un rythme quasi annuel) comme un gage de crédibilité. Force est de constater que certains scientifiques ont acquis le monopole de l’expertise dans le domaine de la téléphonie mobile, récusant tout pluralisme et niant la controverse internationale.

Alors que cinq études internationales récentes viennent confirmer les inquiétudes des associations Agir pour l’Environnement et Priartém, le comité scientifique étêté de l’Afsse cherche une nouvelle fois à valider certaines hypothèses erronées qu’elle a elle-même produites à plusieurs reprises. Les associations rejettent les conclusions de ce « nouveau » rapport et demande au Ministre de la santé de revoir intégralement l’architecture de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre