Agir pour l'Environnement - PRIARTéM - 26 août 2005

« Yalta du mobile » :
l'AFOM, vitrine extralégale de l' « entente cordiale» entre les opérateurs ?


Paris, le 26 août 2005 : Suite aux révélations du Canard enchaîné relatives à un accord commercial secret conclu entre les 3 opérateurs de téléphonie mobile, Agir pour l'Environnement et Priartém souhaitent être entendues par le Conseil de la Concurrence sur le rôle de l'AFOM (Association française des opérateurs mobiles) comme lieu d'entente entre les trois compagnies françaises de téléphonie mobile.

Cette structure, créée le 22 juin 2002 fournit, en effet, aux trois opérateurs un lieu de rencontre et d'entente officiel. Grâce à elle, point n'est besoin de réunions secrètes puisque leur connivence peut s'afficher publiquement et avec des moyens considérables.

Tous les riverains d'antennes qui ont eu à s'opposer aux opérateurs ont pu observer le poids de cette entente. Alors qu'il existe une controverse scientifique internationale, les 3 opérateurs agissent main dans la main, exerçant un lobbying commun à destination des élus locaux et nationaux visant à réfuter tout risque sanitaire à l'aide des outils et arguments fournis par l'AFOM.

Force est donc constater que, en matière de développement du réseau de téléphonie mobile, autant qu'en matière de tarification, les trois opérateurs agissent de concert, multipliant les communiqués, conférences et dépliants communs et ce, au nom de leur association. Cette collusion prouve, à l'évidence, l'absence de caractère concurrentiel de la téléphonie mobile et pose le problème de la licéité d'une structure telle que l'AFOM.

Les deux associations demandent l'intervention des pouvoirs publics pour mettre fin à l'existence de cette vitrine publique manifestement extralégale.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre