Le Figaro - 20 février 2007
Champs électromagnétique : Un nouveau TcherMobile en préparation ?


Paris, le 20 février 07 : La Belgique vient d’adopter une nouvelle norme d’exposition aux champs électromagnétiques générés par la téléphonie mobile abaissée à 3 volts par mètre. Cette nouvelle norme place la Belgique en tête des pays les plus protecteurs de la santé de riverains d’antennes relais de téléphonie mobile.

A l’image des pérégrinations du célèbre nuage radioactif dignement arrêté à la frontière française grâce à l’imagination féconde du Professeur Pellerin, la France se replie vaillamment derrière ses frontières hermétiques pour arrêter un nouveau nuage de TcherMobile… en maintenant des seuils d’exposition fixés à 41, 58 et 61 V/m respectivement pour les gammes de fréquences 900/1800 et 2100 mégahertz.

A l’instar de la Belgique, la Suisse et l’Angleterre multiplient le lancement d’études pour mieux cerner l’influence des portables et antennes relais sur la santé des utilisateurs et riverains d’antennes relais. Au regard de l’utilisation massive des portables notamment chez les plus jeunes (58% des enfants anglais âgés de 8 et 9 ans indiquent posséder un mobile !), les associations ne peuvent se satisfaire d’un doute sanitaire aussi minime soit-il.

Alors que la France peut se targuer d’avoir les seuils d’exposition aux champs électromagéntiques les plus élevés au monde, alors que l’expertise française repose sur un quartette de scientifiques dont le lien financier avec les opérateurs est avéré par une enquête de l’Inspection Générale de l’Environnement, le Ministre de la Santé brille par son silence, silence qui devient assourdissant pour le porte-parole d’un candidat à l’élection présidentielle.

Les associations invitent le ministre de la Santé à abroger le décret du 05 mai 2002 fixant ces normes énormes de champs électromagnétiques et promulguer un nouveau décret respectant la directive sur la comptabilité électromagnétique qui impose le seuil de 3 V/m. Bien que les opérateurs aient exprimé leur réserve à l’égard d’une décision coûteuse nécessitant une multiplication du nombre d’antennes relais, les associations considèrent que la santé des riverains d’antennes relais et d’utilisateurs de mobile doit primer sur toute question financière.

Les associations, à l’aube d’échéances électorales majeures, interpellent les candidates et candidats à l’élection présidentielle afin que ceux-ci sortent la France du mutisme dans lequel elle s’est enfermée depuis plus de dix ans.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre