Agir pour l'Environnement - Priartém - 15 mars 2007
La thèse de l’innocuité des champs électromagnétiques de la téléphonie mobile une nouvelle fois battue en brèche !


Paris, le 15 mars 2007 : Deux nouvelles études françaises viennent confirmer les effets les champs électromagnétiques sur le fonctionnement des cellules. Une équipe de l’université de Clermont-Ferrand vient de mettre en évidence les effets du rayonnement des champs électromagnétiques de la téléphonie mobile sur le fonctionnement génétique des végétaux (tomates), et, ce à des valeurs de champ (5v/m) très nettement inférieures aux valeurs réglementaires actuelles (41 v/m et + selon les fréquences utilisées) . Les résultats d’une seconde étude menée à l’initiative d’un laboratoire de cosmétique, par une autre équipe de recherche française, révèlent les manifestations d’un vieillissement de la peau exposée à 900 MHz, fréquence utilisée par les antennes relais de la téléphonie mobile.

Les deux études ont donné lieu à des publications dans des revues scientifiques internationales. Malgré le sérieux de ces études et leurs résultats pour le moins inquiétants, ni le Ministère de la santé, ni les organes de veille et d’expertise ne se sont encore exprimés. Après le programme européen REFLEX qui apportait la preuve d’un lien tangible entre exposition à des radiofréquences et ruptures de brins d’ADN, notamment, phénomène pouvant être promoteur de cancers, les signaux d’alerte sur les mécanismes biologiques liés à l’exposition aux ondes de la téléphonie mobile se multiplient et ont pour seule conséquence d’accroître le mutisme des autorités publiques françaises !

La Fondation Santé et Radiofréquence réunit ce jeudi 15 mars 2007 une instance de dialogue informelle à laquelle Priartém et Agir pour l’Environnement sont conviées. Les associations y participeront bien qu’elles aient déjà eu l’occasion de regretter le mode de financement de cette fondation reposant sur un partenariat public-privé qui institutionnalise de fait un mélange des genres non garant de l’indépendance des recherches. Pour mémoire, une équipe de chercheurs suisses vient de démontrer le lien entre les modes de financement des recherches sur la téléphonie mobile et les résultats obtenus, les recherches financées sur fond public étant celles qui reconnaissent le plus massivement des effets sur les organismes.

La Fondation santé et radiofréquences lance un second appel à projets permettant de financer un certain nombre de recherches. Paradoxalement, cet appel d’offre fait, une fois de plus, l’impasse sur les effets des rayonnements des antennes-relais sur les riverains ! Priartem et Agir pour l’environnement comptent bien obtenir des engagements sur la prise en compte des résultats des deux recherches nommées ci-dessus dans les programmes à venir.

En attendant, les associations demandent des engagements précis des candidats à l’élection présidentielle sur des prises de mesures de gestion des risques immédiates qui permettent de protéger les population exposées aux rayonnements des antennes-relais ainsi que les utilisateurs de portables toujours plus nombreux et toujours plus jeunes.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre