Agir pour l'Environnement - Priartém - 30 mai 2007
Le KIDITEL, nouveau portable pour enfant, doit être interdit !


Paris, le 30 mai 07 : Le 31 mai prochain, la société Car Telematics, partenaire privilégié d’Orange et de France-Télécom, lancera la commercialisation publique du Kiditel, portable destiné aux enfants de moins de 10 ans permettant la géolocalisation des enfants qui en seront dotés.

Un an et demi après la tentative avortée de commercialisation du BabyMo, portable destiné aux enfants âgés de 4 à 8 ans, c’est donc au tour de CarTelematics de tenter de proposer, à nouveau, sur le marché, un portable pour enfants, fonctionnant sur quatre bandes de fréquences et ce, sans aucune précaution d'ordre sanitaire.

- Alors que, depuis la remise d'un rapport officiel au Ministre de la Santé en janvier 2001, un certain nombre de scientifiques s'inquiètent régulièrement des conséquences sanitaires d'un usage immodéré du potable et militent en faveur de restrictions d'usage vis à vis des enfants ;
- Alors que des scientifiques brésiliens de l’Université de Porto Alegre viennent de montrer que les cerveaux des enfants absorbent 60% de rayonnement électromagnétique de plus que ceux des adultes ;
- Alors qu’un consensus semble s’établir sur les précautions à prendre concernant, tout particulièrement, les enfants ;
- Alors que, sous la pression de ce consensus, les opérateurs déclarent, haut et fort, la main sur le cœur, renoncer à toute campagne de promotion en direction des enfants et à tout soutien à des appareils téléphoniques qui leur seraient directement dédiés ;

Agir pour l'Environnement et Priartém constatent, une nouvelle fois, que la politique de non-intervention menée par les pouvoirs publics en charge de la santé permet à des acteurs privés de mettre sur le marché des produits régulièrement dénoncés comme présentant un danger !

Elles rappellent, qu’interpellé par l’association Priartem, alors qu’il n’était encore que candidat, le Président de la République a déclaré le 3 avril 2007 : « Concernant la prévention des enfants, je veux m’engager ici avec d’autant plus de force que, sur ce thème, un certain consensus se dégage. En effet, l’Agence Française de la Sécurité sanitaire, environnementale et du travail nous a indiqué que le risque sanitaire était plutôt à rechercher du côté des téléphones eux-mêmes. Les opérateurs disent s’accorder à ne pas réaliser des publicités en direction des enfants et à ne pas faire de marketing sur des appareils spécifiquement dédiés aux enfants. Les associations partagent ce objectif. Nous pourrions donc retenir le principe de l’interdiction des téléphones portables à l’école et au collège ce qui, en outre, constituerait une mesure pédagogique. A cela j’ajoute que je m’oppose très fermement au souhait de voir se développer des appareils du type Babymo (téléphones pour les enfants) qui clairement exposeraient la population la plus à risque. »

Après les déclarations, l’heure est venue de passer aux actes. Les associations demandent donc à être reçues de toute urgence par la nouvelle Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports afin de mettre en œuvre ces engagements.

Agir pour l'Environnement et Priartem interpellent l'ensemble des candidats en lice pour les élections législatives afin que ces derniers s'engagent publiquement en faveur d'une réglementation contraignante encadrant l'implantation des antennes relais et la promotion, la vente et l'usage des téléphones portables dans le sens de la protection des conditions de vie et de santé de tous.

Agir pour l’environnement et Priartem s’adressent immédiatement aux instances chargés de la veille scientifique et sanitaires (l’AFSSET, l’INVS et la Fondation Santé et radiofréquences) afin qu’elles soutiennent leur démarche auprès de la Ministre de la santé.

Enfin, Agir pour l'Environnement et Priartém interpellent, à titre amiable dans un premier temps, les gérants de la société CarTelematics afin qu'ils annoncent la suspension immédiate de la commercialisation de ce portable pour enfants. A défaut de réactions sous huitaine, les associations se réservent le droit d'engager toutes procédures pour obtenir l'arrêt sine die de la vente de ce Kiditel.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre