Agir pour l'Environnement - Priartém - 13 juin 07
Les associations réclament l’interdiction d’un portable pour enfant


Paris, le 13 juin 2007 : Agir pour l’Environnement et PRIARTéM dénoncent la commercialisation d’un portable pour enfant par la société CarTelematics. Sous couvert de géo-localisation, cette société offre la possibilité aux enfants de moins de 10 ans de recevoir des appels téléphoniques, sans limite de durée ni éloignement du terminal de la boîte crânienne, ni informations relatives aux risques sanitaires inhérents à l’utilisation de ce portable.

Les associations expriment leur indignation face au silence du Ministre de la Santé et des Agences de veille sanitaire (AFSSE et INVs), silence qui permet à une société française de vendre un portable importé de Corée dont les conséquences sanitaires sont désormais incontestables.

En effet, il est avéré maintenant que le cerveau des enfants absorbe 60% de rayonnement de plus que celui d’un adulte. Or, les premières études relatives à l’usage du portable pendant seulement dix ans par des adultes indiquent un effet tangible sur la santé (multiplication par 2,5 des risques de tumeurs cancéreuses). La société CarTelematics, en commercialisant ce produit sans apporter la moindre information d’ordre sanitaire, prend ainsi une lourde responsabilité pénale en mettant de fait en danger la vie d’autrui.

Elle a pourtant à sa disposition des études incontestables prouvant les effets géno-toxiques des rayonnements électromagnétiques (Etude européenne Réflex, étude de l’Université de Chicago, étude indienne de l’Université d’Amritsar, étude française de l’Université de Clermont-Ferrand…).

Elle tente cyniquement d’instrumentaliser une peur latente des parents à l’égard de leur progéniture risquant ainsi de renforcer un lien affectif et permanent entre enfant et parents à un âge où l’émancipation doit être favorisée afin de construire une personnalité et une identité autonome. Sous couvert de sécurité, l’enfant va devoir accepter ce « fil à la patte » là où il faudrait au contraire couper progressivement le cordon ombilical. L’enfant sera désormais en liberté conditionnelle, surveillé 24h/24h.

La négation de tout risque sanitaire débouchera tôt ou tard sur la mise en cause de la responsabilité civile et pénale du PDG de CarTelematics. Les associations en appellent solennellement à la nouvelle Ministre de la Santé afin que cette dernière mette en œuvre les promesses du candidat Sarkozy, à savoir l’interdiction des portables pour enfants.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre