Agir pour l'Environnement - Priartém - 15 janvier 2008
Portables pour enfants : Avant la rencontre avec le ministère de la santé les associations font état de leurs demandes


Paris, le 15 janvier 08 : Suite à la commercialisation d’un portable explicitement destiné à des enfants de 6 ans et plus par la société Imaginarium, les associations ont souhaité être reçues par le ministère de la Santé.

Fin décembre, le conseil scientifique de la Fondation Santé et Radiofréquence a tenu à exprimer ses doutes et inquiétudes face à la vente de portables pour enfants, inquiétudes étayées par une lecture assidue de la prose scientifique récente laissant entrevoir des effets sur la santé des usagers après dix ans d’une utilisation prolongée. Début janvier, le ministère de la santé reprenait à son compte ce communiqué en appelant les parents à la plus grande prudence. Quelques jours plus tard, Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, déclarait publiquement qu’elle était favorable à l’interdiction de la vente de ce type de produit.

Les associations constatent qu’après plusieurs années pendant lesquelles les autorités publiques ont privilégié une stratégie lénifiante et attentiste, il semble que le ministère de la Santé semble enfin prendre conscience de l’ampleur du risque. Les associations espèrent que les inquiétudes du ministère de la Santé seront rapidement suivies de mesures réglementaires.

Parce que les enfants et préadolescents sont devenus une cible marketing comme une autre, les associations réclament l’interdiction de la commercialisation et de la promotion des portables destinés explicitement aux enfants. Selon une récente étude de l’Université de Porto Allègre, la boîte crânienne des enfants absorberaient 60% de radiations de plus que celle d’un adulte. De plus, les enfants et préadolescents sont la première génération qui connaîtra une exposition tout au long de la vie. Parce qu’une interdiction ne devient effective que si et seulement si elle est comprise et acceptée, les associations réclament le lancement d’une grande campagne d’information et de sensibilisation au bonne usage du portable.

Face aux risques potentiels dont les effets cancérigènes décrits dans un certain nombre d’études épidémiologiques menées dans le cadre du programme Interphone/OMS, les associations réclament l’application immédiate du principe de précaution. Celui-ci passe par une réglementation encadrant le développement de la téléphonie mobile, portables, antennes relais et wifi compris.

A la suite de leur rencontre avec le cabinet de la ministre de la Santé, 8avenue de Ségur (Paris 7ème) un point presse est organisé à 16h devant le ministère de la Santé par les associations Agir pour l'Environnement et PRIARTéM.


Contact presse :
Stéphen Kerckhove – Agir pour l'Environnement – TéL. 0140310299
Janine Le Calvez – PRIARTéM – Tél. 08.73.05.04.21

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre