Agir pour l'Environnement - Priartém - 15 juin 2008
Dangers du portable : de grands cancérologues français sonnent l’alarme


Paris, le 15 juin 2008 : Vingt scientifiques, dont la plupart sont des cancérologues réputés viennent de signer un appel afin que des mesures de précaution soient prises pour limiter les risques du portable, notamment chez les jeunes. Pour les signataires, on se trouve aujourd’hui « dans la même situation qu’il y a cinquante ans pour l’amiante et le tabac. » (JDD du 15 juin 2008). Les associations se félicitent d'une telle prise de position et appellent le ministère de la Santé à agir en conséquence.

Selon les associations, ce premier appel lancé à l’initiative de membres éminents du monde médical français sur les risques liés à la téléphonie mobile, constitue une alerte de plus qui nécessite une réponse immédiate des autorités publiques en charge de la santé.

Les associations constatent avec amertume que la loi-cadre Grenelle demeure quasi muette sur ce sujet de santé publique.

Depuis plusieurs années déjà, Priartem et Agir pour l'Environnement tentent d’obtenir des pouvoirs publics le lancement de campagnes d’informations sur les risques potentiels liés à l’usage du portable, l’interdiction de la commercialisation des téléphones portables spécifiquement destinés aux enfants, l’interdiction des campagnes promotionnelles des opérateurs à destination des jeunes ainsi qu’un abaissement des normes réglementaires actuellement en vigueur.

Malgré les promesses électorales du Président de la république concernant, notamment la commercialisation des portables destinés aux enfants, aucune mesure n’a été prise, hormis la diffusion d’un communiqué de presse, le 2 janvier sur la nécessité d’appliquer le principe de précaution. Pour les associations, une simple communication insqtitutionnelle ne peut pas se substituer à l’action politique.

les associations considèrent que la comparaison qui revient de plus en plus systématiquement dans l’expression des scientifiques avec le tabac incite à mobiliser des moyens analogues de sensibilisation aux risques afin de favoriser l’adoption d’une consommation plus raisonnée du portable.

Un certain nombre de spécialistes constatent, en effet, déjà la multiplication des conduites addictives au portable, tout particulièrement chez les adolescents. Une recherche récente d’un spécialiste du sommeil (G. Brade, Suède) a montré que cette addiction semblait avoir des répercussions sur l’équilibre comportemental de ceux-ci (troubles du sommeil, irritabilité et agressivité, conduites à risques…). Seules des campagnes officielles, relayées dans les milieux scolaires par des programmes appropriés du type de ceux qui ont été réalisés sur le tabac ou la nutrition par exemple, pourront permettre de retourner cette tendance.

Priartem et Agir pour l’environnement appellent les ministres de la santé et de l’écologie à tout mettre en œuvre pour éviter que le téléphone portable soit le prochain et plus important scandale de santé publique.

Contacts presse :
Janine le Calvez, Présidente de Priartem : 02 37 41 80 55
Stéphen KERCKHOVE, Délégué général d’Agir pour l’Environnement : 01 40 31 02 99

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre