Agir pour l'Environnement - Priartém - 29 juin 2009
La ville de Saint-Denis adopte un moratoire sur l’installation des antennes relais


Paris, le 29 juillet 2009 : La Ville de Saint-Denis (93) vient d’adopter un moratoire sur toute nouvelle implantation d’antennes relais, répondant ainsi favorablement à l’appel des associations Agir pour l’Environnement et Priartém.

Les associations se félicitent de cette initiative et appellent l’ensemble des maires de France à suivre cet exemple empreint de précaution. Ce moratoire est adopté dans l’attente des résultats de l’expérimentation d’un seuil maximal d’exposition sur les lieux de vie et de travail à 0,6 volts/mètre pour l'exploitation de la téléphonie mobile.

La faiblesse des moyens engagés par le ministère de l’écologie (moins d’un million d’euros) pour cette expérimentation est une façon habile de poursuivre le Grenelle des ondes en privilégiant l’affichage politique sans se donner les moyens financiers d’aboutir sérieusement à une baisse réelle des seuils d’exposition.

En adoptant un moratoire sur toute nouvelle implantation d’antennes relais, la Ville de Saint-Denis se donne les moyens, non plus seulement d’évaluer mais d’agir.
Pour les associations, le niveau du champ électromagnétique est connu puisque l’Agence nationale des fréquences a déjà archivé plus de 16.000 mesures. Ces milliers de mesures démontrent que plus de 90% des mesures sont inférieurs à 1,5 V/m. L’objectif d’un seuil d’exposition fixé à 0,6 V/m est donc tout à fait à porter, moyennant un peu d’ambition politique. L’expérimentation, même si elle permet de vérifier concrètement l’exposition réelle des riverains, ne doit pas être perçue comme un solde de tout compte ou un frein à l’action.

L’adoption d’un moratoire sur toute nouvelle antenne relais est un moyen judicieux d’obtenir un infléchissement de la position des opérateurs quant au niveau d’exposition des riverains et rappeler au Gouvernement que le temps de l’évaluation et de l’expérimentation ne doit pas être utilisé comme prétexte à l’inaction.


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre