Agir pour l'Environnement - 20 mars 2005

Creux de la consommation électrique prévu dimanche 20 mars 05 à 17h30 :
Le nucléaire au chômage technique ?


Paris, le 20 mars 2005 : Selon les données mises à disposition par le Réseau de Transport de l’Electricité, la France devrait battre, dimanche 20 mars 05 à 17h30 un record de non consommation électrique. Selon les prévisions de RTE, la consommation française d’électricité devrait fléchir pour passer sous la barre des 40.000 mégawatts de puissance appelée, soit le plus bas niveau de consommation électrique mesuré depuis le début de l’année. A cet instant précis, les 56 réacteurs électronucléaires français seront virtuellement au chômage technique … !

Agir pour l’Environnement note avec satisfaction, à la veille d’une semaine parlementaire déterminante pour le vote ultime de la Loi d’Orientation sur l’Energie (LOE), que les capacités de production électrique française sont très largement supérieurs aux besoins réels de ce pays. La France dispose d’une puissance installée capable de répondre à des demandes de 100.000 MW.

Ce creux de la consommation électrique met en relief l’ineptie politique qui consiste à vouloir ajouter de la surproduction à la surproduction. A ce jour, la France exporte annuellement entre 12 et 14% de son électricité à très bas prix, tout en perdant, en sus, le long des lignes à haute tension 10% de l’électricité produite.

La période de redoux marque une nouvelle fois la connexion très étroite existante entre le chauffage électrique, promu au travers de campagnes de publicités agressives orchestrées par EDF, et la surcapacité de production électrique française. En réduisant notre dépendance à ce mode de chauffage, il semble envisageable de réduire l’amplitude existante entre les creux et pics de consommation électrique.

Alors que les députés semblent vouloir confirmer la relance du nucléaire en adoptant définitivement la LOE et son « nouveau » réacteur EPR, Agir pour l’Environnement dénonce une logique énergétique dogmatique privilégiant la satisfaction catégorielle du lobby nucléaire à la réalité de la demande énergétique.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre