Agir pour l'Environnement - 19 juillet 2006
EDF importe de l’électricité : Coup de chaud sur le nucléaire !


Paris, le 19 juillet 2006 : EDF semble avoir quelques difficultés à assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité en cette période estivale, à tel point que cette société affirme devoir importer du courant provenant de pays étrangers.

Sans remettre en doute les affirmations de cette société, Agir pour l'Environnement constate que la demande d’électricité française plafonne à un niveau inférieur à 60.000 MW pour une capacité de production supérieure à 100.000 MW. Si EDF n’est pas apte à répondre à la demande d’électricité, la responsabilité en incombe directement à l’imprévoyance d’EDF qui est obligée de mettre à l’arrêt un certain nombre de réacteurs et non à cause d’un déficit structurel. Le Gouvernement devrait ainsi prendre acte des limites du tout-nucléaire. L’unilatéralisme en matière énergétique crée les conditions d’une faiblesse extrême du système électrique français et doit donc être remis en cause !

A quelques jours du terme de l’enquête publique relatif à la construction éventuelle d’un nouveau réacteur EPR à Flamanville, EDF a tout intérêt à propager l’idée d’un déficit structurel, invitant par là-même les pouvoirs publics à investir rapidement dans de nouvelles capacités de production.

Force est de constater que ces importations d’électricité remettent en cause le mythe franco-français d’indépendance énergétique puisque EDF et ses réacteurs nucléaires demeurent des géants aux pieds d’argile en cas de fortes chaleurs. L’imprévoyance d’EDF alliée à la perfectibilité du système électrique français amène le lobby nucléaire à importer de l’électricité chez nos partenaires européens suisses, allemands et italiens qui ont fait le choix responsable de ne plus dépendre du nucléaire.

Face aux défaillances du nucléaire, Agir pour l'Environnement réclame une diversification des moyens de production électrique afin de ne plus être soumis aux aléas structurels des centrales nucléaires. L’association réclame également la mise en œuvre d’une vaste campagne de maîtrise de l’énergie reposant notamment sur l’isolation et la construction de bâtiment bioclimatique ne nécessitant pas systématiquement le recours à une climatisation énergétivore et climatophage !

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre

COLOR="#009C34" ALIGN="right">