Agir pour l'Environnement - 02 novembre 09
Moins la France consomme d’électricité, plus elle en importe… et plus elle en exporte !!!
De l’inefficacité du tout nucléaire…
Partager


Paris, le 02 novembre 2009 : Alors que la consommation électrique française a baissé de 1,2% depuis le 1er janvier, le Réseau de Transport de l’Electricité vient d’annoncer qu’en cas de « froid intense et durable », la France devrait importer 4000 MW d’électricité.

Pour Agir pour l’Environnement, cette annonce est la preuve définitive de l’incapacité du système nucléaire français à répondre à la demande hexagonale. La consommation française est de plus en plus marquée par des périodes de pointe principalement dues à l’omniprésence du chauffage électrique qui solidarise les courbes de consommation avec celle des températures.

En privilégiant un système de production reposant très majoritairement sur le nucléaire, la France a opté pour un système peu flexible incapable de répondre aux demandes de pointe. La France a donc exporté 9.7% de sa production en 2008 mais doit paradoxalement en importer lorsque cette électricité est rare et donc chère !

Une fois encore, l’association Agir pour l’Environnement relève que le nucléaire n’est pas seulement une erreur écologique, c’est aussi un non-sens économique ! En privilégiant, contre vent et marée, le nucléaire, la France s’astreint à exporter une électricité nucléaire de base lorsque personne n’en veut et s’oblige à en acheter en période de froid, période où l’électricité est la plus couteuse sur les marchés internationaux.

Pire, alors que tous les signaux sont au rouge depuis de nombreuses années, que les pics de consommation sont de plus en plus marqués et nombreux, la France s’entête en programmant la construction de deux nouveaux réacteurs qui ne feront qu’ajouter à la surproduction actuelle une électricité de base dont on ne sait que faire !

La communication de RTE met également en lumière l’extrême vétusté des centrales nucléaires mises à l’arrêt les unes après les autres. En autorisant EDF à exploiter ses centrales dix ans de plus (soit désormais 40 ans !), l’Etat français a dégoupillé une véritable bombe à retardement.

Enfin, l’association constate que la mythique « indépendance énergétique de la France » promue par les tenants du tout-nucléaire semble belle et bien avoir vécu.

Agir pour l’Environnement appelle l’Etat français à revoir sa position sur la question des nouvelles centrales nucléaires EPR à Flamanville et Penly et réaffecter les sommes prévues à l’élaboration d’une véritable politique de maîtrise de l’énergie, de lissage des pics de consommation et de développement des énergies renouvelables.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre