Agir pour l'Environnement - 14 avril 2004
Un « débat » parlementaire sur l'électricité nucléaire ?


Paris, le 14 avril 2004 :
Alors que la problématique énergétique devrait couvrir un ensemble de questions aussi variées que l'effet de serre, la maîtrise de l'énergie, le développement des énergies renouvelables, les transports, l'usage spécifique de l'électricité, le chauffage. le Gouvernement semble vouloir, une nouvelle fois, donner raison aux lobbies nucléaires en réduisant un « débat » parlementaire sur l'énergie à la relance de l'EPR !

Alors que de nombreux experts considèrent qu'il n'y a aucune urgence à lancer un prototype EPR dans une situation française de surproduction électrique chronique, les associations dénoncent la logique clientéliste conduite par le Gouvernement Raffarin satisfaisant les appétits industriels d'Areva et Edf, avant de les privatiser partiellement. En investissant plus de trois milliards d'euros dans un prototype d'ors et déjà obsolète, la France passera inévitablement à côté du train des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie, accroissant de fait son retard vis à vis des autres pays européens.

Agir pour l'Environnement, Greenpeace, le Réseau Action Climat France, le Réseau Sortir du Nucléaire et les Amis de la Terre appellent les parlementaires à boycotter ce pseudo « débat » sur l'électricité nucléaire aux conclusions écrites d'avance. Les associations appellent également à un rassemblement citoyen jeudi 15 avril 2004 à 14h afin de porter la controverse et aller à la rencontre des députés (RdV : Angle Rue de l'Université / Rue de l'Université)

Si, comme l'annonce le Président d'EDF, un site était proposé à l'issu de ce « débat » parlementaire pour accueillir l'EPR, Agir pour l'Environnement appellerait immédiatement les élus régionaux à récuser un tel choix.

A l'heure d'une décentralisation annoncée, Agir pour l'Environnement relève l'incohérence totale du Gouvernement à vouloir promouvoir, quoi qu'il arrive, un prototype EPR ultra-centralisé déconnecté des réalités locales. Agir pour l'Environnement invite les nouveaux conseillers régionaux à privilégier des politiques régionales reposant sur la maîtrise de l'énergie et le développement des énergies renouvelables.


> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre