"Conférence de citoyens", OGM :
à consommer avec modération, nuit gravement à la santé !
Agir Pour l'Environnement - 22 juin 98


Agir pour l'Environnement se félicite que le panel de citoyens ait décidé de privilégier le principe de précaution. En effet, les citoyens demandent :

. l'interdiction des gènes de résitance aux antibiotiques ;
. que la composition de la Commission du Génie Biomoléculaire ainsi que ses méthodes de travail soient améliorées ;
. la création de filières séparées (avec ou sans OGM) avec établissement de procédures visant à rechercher la traçabilité des produits ;
. l'intauration d'une politique d'étiquetage claire, fiable et responsable ;
. que les cultures doivent systèmatiquement faire l'objet d'un suivi. C'est le rôle de la biovigilance qu'il convient de renforcer ;

Enfin, le panel de citoyens ajoute qu'"il paraît indispensable de développer la recherche liée au risque écologique avant de développer la diffusion d'OGM et d'attendre les conclusions de ces chercheurs avant la mise en culture."

Agir pour l'Environnement considère au vue des conclusions du panel de citoyens que cette première conférence de citoyens a permis de lancer un débat national sur les OGM en agriculture et dans l'alimentation. Nous ne pouvons qu'en être satisfait.

Les conclusions du panel d citoyens sont la résultante d'une sythèse d'avis divergents et conflictuels propre à chaque groupe sociologique. Néanmoins, le panel a tenu à souligner nombre d'incertitudes liées aux OGM et a don c largment joué son rôle.

Le gouvernement doit maintenant privilégier le principe de précaution au rpincipe de précipitation ! En conséquence, le Gouvernement doit prendre ses responsabilités en tirant les conclusions de ces recommandations en mettant en place un moratoire incluant notamment le maïs Bt de Novartis comprenant un gène de marquage résistant aux antibiotiques, comme proposé par la majorité du panel de citoyens.

Ce matin, Agir pour l'Environnement, Greenpeace, la Confédération paysanne, Ecoropa, France Nature Environnement, Alliance Paysans Ecologistes Consommateurs et le CNAFAL ont déposé 200.000 pétitions de citoyens demandant un moratoire sur les Organismes Génétiquement Manipulés.

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre