Plantes trangéniques : le panel des citoyens veut renforcer les précautions
AFP - 22 juin 98


PARIS, 22 juin (AFP) - La Conférence de citoyens sur les Organismes génétiquement modifiés (OGM) a souhaité lundi un renforcement des précautions pour toute nouvelle autorisation de plante transgénique, ainsi que la création de filières alimentaires sans OGM et l'instauration d'un étiquetage fiable.

Avant de rendre son avis, ce panel de 14 citoyens, sélectionnés par un institut de sondage, avait procédé à de multiples auditions sur les risques et les bénéfices éventuels des OGM, samedi et dimanche à l'Assemblée nationale.

Les membres du panel ne sont pas parvenus à dégager un avis unanime sur certains points. Ainsi, une partie seulement du panel a évoqué la possibilité d'un moratoire sur les Organismes génétiquement modifiés (OGM), l'autre partie étant favorable à une autorisation des plantes transgéniques au cas par cas, comme c'est le cas actuellement.

"On peut considérer que l'avis du panel est un 'oui aux OGM assorti de correctifs'" par rapport à la situation existante, a expliqué jean-Yves Le Déaut, président de l'OPECST, organisateur de la conférence.

Ainsi, le panel préconise l'interdiction d'utiliser des gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques dans les plantes transgéniques.

Autre "correctif" : le fonctionnement de la Commission du génie biomoléculaire (CGB), chargée d'examiner les dossiers d'autorisation d'OGM, doit être réformé, pour permettre aux consommateurs, aux diverses associations et aux agriculteurs d'avoir leur mot à dire, estime le panel.

Le panel n'est pas non plus satisfait de la nouvelle réglementation européenne sur l'étiquetage des OGM. Il demande un "étiquetage clair et fiable".

Le panel recommande la création de filières agroalimentaires séparées (avec ou sans OGM), afin de permettre aux consommateurs d'avoir le choix. Il souhaite également une "traçabilité" efficace des OGM.

Très vigilants sur le plan environnemental, les citoyens de base du panel recommandent aux chercheurs "d'éviter l'empilage de gènes pouvant aboutir à des multiréstances" aux pesticides.

Le panel préconise la "réversibilité" des autorisations de plantes transgéniques en cas de risque environnemental démontré.

 

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre