Agir pour l'Environnement - 03 juin 2005

Après la Journée de l’environnement, l’Organisation mondiale de l’environnement


Paris, le 3 juin 2006 : Vu l’état alarmant de la planète et la faiblesses du système actuel de gouvernance internationale environnementale, Agir pour l’Environnement appelle l’ensemble des citoyens du monde à se mobiliser sur la création d’une organisation mondiale de l’environnement. Si la Journée mondiale de l’environnement a le mérite de faire parler de l’environnement, elle met corrélativement en exergue le manque d’actions et d’institutions à la hauteur pour faire face aux enjeux des années à venir.

Epuisement de la biodiversité, pollution des eaux, réchauffement climatique… Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), peu soutenu financièrement et politiquement par les Etats qui l’ont créé, peine à accomplir son mandat (pourtant réduit) et à contrebalancer une institution de poids : l’Organisation mondiale du commerce.

Pour renforcer la gouvernance internationale de l’environnement, une Organisation mondiale de l’environnement ou Organisation des Nations unies pour l’Environnement (ONUE), fondée sur le PNUE, serait nécessaire. Agence spécialisée des Nations unies, bénéficiant d’une universalité des membres et assurant que les accords multilatéraux sur l’environnement (AME) prévalent sur les accords de l’Organisation mondiale du commerce, l’OME ou ONUE assurerait l’application effective des accords multilatéraux sur l’environnement par les gouvernements, les institutions économiques internationales et les sociétés transnationales.

Dotée d’une cour mondiale de l’environnement et de « casques verts » à l’instar des casques bleus onusiens, elle aurait ainsi les moyens de faire respecter le droit international de l’environnement. Au vu des désastres forestiers, la question de l’ingérence environnementale se pose aujourd’hui avec une particulière acuité. L’ONUE mériterait d’en débattre.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre