Agir pour l'Environnement - Résistance à l'agression publicitaire (R.A.P.) - 28 avril 2005

Le BVP adopte la publicité mensongère comme communication grand public !


Paris, le 25 avril 2005 : A l'occasion de son 70ème anniversaire, le Bureau de Vérification de la Publicité (BVP), association composée de publicitaires dont le but est d'assurer l'autodiscipline de la profession, lance une campagne grand public.

En adoptant comme slogan pour sa campagne d'affichage « Rien n'oblige personne à dire la vérité... Nous si ! », le BVP ment délibérément au public en laissant supposer un quelconque pouvoir régalien que cet organisme de droit privé n'a pas. Agir pour l'Environnement et Résistance à l'agression publicitaire (R.A.P.) considèrent en réaction que « Rien n'oblige personneà croire la publicité... le BVP si ! », en imposant, sans possibilité de s'y soustraire, sur des panneaux 4x3, l'idée mensongère que les allégations la publicité seraient toujours véridiques.

R.A.P. et Agir pour l'Environnement protestent énergiquement devant cette campagne biaisée qui s'impose à tous sans aucune réaction de l'Etat qui a pourtant, lui, le droit d'obliger quelqu'un à dire la vérité. La loi est ainsi faite qu'elle s'impose, même au monde publicitaire, et qu'il est donc interdit de proférer des slogans induisant en erreur le consommateur.

La vérité, c'est que le BVP s'érige en garant de l'autodiscipline publicitaire afin de mieux permettre à la profession qu'il défend d'échapper à toute contrainte légale. C'est ainsiqu'on le voit prendre systématiquement position contre tout projet de réglementation, par exemple des publicités pour l'alcool, des publicités pour les aliments sucrés diffusées à l'heure des émissions enfantines, des publicités sexistes ou de celles qui incitent à la pollution.

Au regard du nombre de publicités mensongères, choquantes ou violentes dont certaines ne respectent même pas les codes de déontologie minimalistes du BVP, il est d'autant plus inacceptable que cette association de publicitaires tente d'imposer une image erronée à mille lieues de la réalité. Le BVP ne peut en aucun cas laisser croire qu'il aurait un quelconque droit coercitif obligeant un publicitaire à cesser la diffusion d'un message mensonger. Agir pour l'Environnement et R.A.P. dénoncent cette campagne d'autopromotion. autocontrôlée par un organisme autoproclamé, et demandent au CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) d'exercer son autorité de tutelle légitime sur le secteur publicitaire qui a trop joué la carte trompeuse de la prétendue autodiscipline afin d'échapper à tout contrôle légitime des citoyens et de leurs représentants.

La légitimité d'un organisme de contrôle ne s'acquiert pas à coup de publicités mais grâce à la rigueur et l'indépendance des contrôles effectués... Le BVP n'est manifestement pas sur cette ligne.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre