Agir pour l'Environnement - Fédération Nationale des Associations d'Usagers de Transport - Réseau Action Climat France - 24 juin 2008
Flagrant délit publicitaire n°1 : BMW ciblée pour publicité faussement écologique


Paris, le 24 juin 08 : Dans le cadre de leur lutte contre les publicités faussement écologiques, les associations ont décidé de mettre en œuvre une procédure d’alerte écologique intitulée « flagrant délit publicitaire ». Le flagrant délit publicitaire a vocation à mettre en lumière des slogans vantant les mérites de produits faussement écologiques. Cette procédure critique l’absence de contrôle réel et sérieux du système publicitaire français.

Alors que le Grenelle de l’environnement réclamait une refonte profonde du système de contrôle publicitaire afin de mettre un terme aux dérives constatés en matière écologique, les associations constatent que la forme change, le nom de l’organisme en charge du contrôle change mais l’essentiel est préservé, à savoir un autocontrôle laxiste sans sanction dissuasive.

A titre d’exemple, dans le numéro 105 de TGVmagazine, la quatrième de couverture est dédiée à une publicité vantant les mérites de « BMW Solutions Entreprises ». A l’aide d’un slogan particulièrement trompeur, ce constructeur n’hésite pas à annoncer que BMW « joue la carte de l’environnement grâce à une consommation et des émissions de CO2 limitées ». Ce slogan induit délibérément le lecteur en erreur puisque BMW est classée, au niveau européen, avant dernier en matière de rejet de CO2. BMW et TGVmagazine sont donc les premiers à être la cible du flagrant délit publicitaire.

Une fois encore, les associations constatent que la publicité à force d’enjoliver la réalité finit par induire en erreur. Une fois encore, les associations constatent que le système de contrôle publicitaire fait totalement défaut et permet ainsi à un constructeur négligeant de s’acheter à peu de frais une bonne conscience écologique.

Cette publicité est d’autant plus inacceptable qu’elle s’affiche dans un journal, TGVmagazine, censé faire la promotion du transport par rail.

Les associations réclament une véritable structure de contrôle publicitaire, placé sous la double tutelle du ministère de la consommation et de l’écologie. Les associations déplorent l’absence sidérale de vision stratégique de la SNCF qui n’existe pas à faire la promotion d’un transport concurrent, moins rapide et plus polluant.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre