Agir pour l'Environnement - Résistance à l'Agression Publicitaire - 13 octobre 2010
Lancement de la campagne « RATPub ? »
Partager


Paris, le 13 octobre 2010 : Deux associations, Agir pour l’Environnement et Résistance à l’Agression Publicitaire, lancent une nouvelle campagne de mobilisation citoyenne intitulée « 80.000 pubs dans le métro : RATPub ? » à l’occasion du renouvellement de la convention d’occupation des espaces publicitaires.

Le 1er janvier 2011, à l’issue d’un dialogue « compétitif », la RATP choisira le prestataire qui gérera, pour neuf ans, l’ensemble des espaces publicitaires des métros et bus franciliens. « L’avis d’appel public à la concurrence ainsi que le cahier des charges imposés aux candidats ont été rédigés dans la plus totale opacité », estime les associations. D’autant qu’aucune consultation n’est actuellement prévue, alors que cette convention aura un impact sur le cadre de vie de millions d’usagers des transports publics.

La convention d’occupation liant la RATP à MétroBus (filiale de Publicis et JCDecaux) précise qu’il est possible d’installer 80.000 panneaux de publicité dans les couloirs du métro, sur le mobilier extérieur (bouches de métro, abris d’autobus, etc.) et sur les bus franciliens, soit une superficie égale à celle du cimetière du Père Lachaise !

L’absence réelle et sérieuse de contrôle du contenu de la publicité autorise les publicitaires à faire montre d’un toupet incroyable. Ce laxisme prend régulièrement la forme de publicités vantant les mérites de 4x4 comme ce peut être le cas actuellement à la station Porte de Versailles. Il est à noter que les dizaines de panneaux vantant les mérites des 4x4 du constructeur Jeep sont tous illégales car omettant d’indiquer les émissions de CO2 desdits 4x4.

Les associations réclament pour commencer une réduction de 50% du nombre de panneaux dès 2011, la suppression de tous les dispositifs énergivores ou intrusifs comme les panneaux rétro-éclairés, déroulants, écrans publicitaires, etc. ainsi que l’interdiction de toute forme de pelliculage sur les bus et les métros. Les associations réclament la mise en place d’un contrôle de toutes les campagnes publicitaires, indépendant des professionnels de la publicité, mené a priori.

Les associations Agir pour l’Environnement et Résistance à l’Agression Publicitaire appellent les usagers du transport public à participer massivement à cette nouvelle campagne et interpeller le secrétaire d’Etat aux Transports ainsi que les présidents du STIF et de la RATP.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre