Libération - Vendredi 19 décembre 2003

Energie. Un Livre blanc préconise l'autogestion des annonceurs.
Le gaspillage n'a pas droit de cité dans la pub

Par Laure NOUALHAT

Pour limiter le réchauffement climatique, on nous demande, entre autres, de maîtriser nos consommations d'énergie. A la maison, au boulot, chacun doit lever le pied... Jusqu'à présent, le code de l'environnement cachait une disposition censée encadrer les publicités favorisant la consommation d'énergie. Mais cette disposition va sauter. C'est ce qui est consigné dans le Livre blanc sur les énergies, remis le 7 novembre par Nicole Fontaine, ministre de l'Industrie, qui prépare la future loi sur l'énergie.

Si on abroge cette disposition, est-ce pour autant la porte ouverte au gaspillage ? Pas si sûr car le texte, qui existe depuis huit ans, n'a jamais servi. «Son décret d'application n'est jamais sorti. Abroger cette disposition ne fera aucune différence», affirme-t-on au ministère de l'Industrie. Le Livre blanc propose de la remplacer. C'est désormais au Bureau de vérification de la publicité (BVP) d'intégrer «des recommandations sur la maîtrise des consommations et en matière de lutte contre le changement climatique». «Nous sommes une association de professionnels responsables, nous n'avons pas besoin d'un Livre blanc pour nous préoccuper du développement durable», fait savoir Joseph Besnainou, directeur général du BVP.

Promotion. Le Bureau a donc sorti mercredi un texte sur les rapports entre publicité et développement durable, sous l'oeil bienveillant du Conseil national sur le développement durable. «Nous ne voulions rien imposer aux publicitaires, justifie-t-on au ministère. Tout le monde saisit les enjeux du réchauffement climatique, on ne pense pas que les agences de pub iront à l'encontre de cette tendance.» Pourtant, certaines pubs vendent la gabegie énergétique: celles qui montrent des gens tout nus chez eux en plein hiver, comme celles qui offrent un an de carburant à l'acheteur d'une grosse voiture.

Le Livre blanc propose également que les entreprises de l'énergie qui dépensent plus d'un million d'euros par an en pub reversent chaque année 10 % de ces dépenses à un fonds censé financer des actions d'économies d'énergie mises en oeuvre par l'Agence de développement et de maîtrise de l'énergie.

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre