Agir pour l'Environnement - 02 février - Post communiqué de presse
« Cinq minutes pour la planète » : Le jour d’après !


L’exercice médiatique a ses obligations dictées par l’urgence et l’immédiateté. Pourtant, les « cinq minutes pour la planète », succès populaire incontestable, ont connu une tentative grossière de déstabilisation sur laquelle il est nécessaire de revenir pour en analyser tous les ressorts.

Loin de tomber dans les travers que nous dénonçons régulièrement, et en évitant tout à la fois les procès d’intention et une paranoïa hors de propos, Agir pour l’Environnement constate que les craintes largement propagées par le Réseau de Transport de l’Electricité de voir le système électrique français s’effondrer à la suite de l’opération « Cinq minutes pour la planète » étaient totalement infondées, et la communication alarmiste de RTE, injustifiée !

Malgré une mobilisation d’ampleur –plus de trois millions de personnes, fait sans précédant pour une mobilisation à vocation écologique, la consommation électrique n’a « chuté » que de 800 mégawatts et ne pouvait donc pas produire la moindre tension entre l’offre et la demande puisque RTE dispose d’une réserve tournante de 3000 MW. Il eut fallu que l’action associative soit suivie par plus de dix millions de personnes pour que RTE soit obligé… de faire appel à la production hydraulique pour combler un déficit de production ponctuel.

RTE, qui reste mystérieusement silencieux lorsque la France frôle ou dépasse les 85000 MW, pics de consommation qui nécessitent le recours aux vieilles centrales fioul, charbon et gaz, a été nettement plus prolixe en répandant des inquiétudes infondées, largement dictées par des impératifs idéologiques. La maîtrise de l’énergie est un manque à gagner pour le producteur EDF… maison mère de RTE ! Toute initiative allant en ce sens est donc pas essence suspecte économiquement.

Le Réseau de Transport de l’Electricité, à l’inquiétude sélective, a également fait part de ses craintes à l’encontre de l’opération associative, qui se serait traduite immanquablement par un surcroit de pollution. Emission de gaz à effet de serre supplémentaire qui aurait été due à un rebond hypothétique de la consommation électrique à 20h01, une fois les « cinq minutes pour la planète » terminées.

Cette assertion biaisée s’est également révélée parfaitement inexacte puisque de rebond… il n’y a pas eu. Il ne fallait pourtant pas être un prévisionniste travaillant pour RTE pour savoir que les citoyens ayant participé aux « cinq minutes » n’allaient pas se précipiter sur leurs interrupteurs pour gaspiller ce qu’ils avaient symboliquement économisé quelques minutes plus tôt !

Agir pour l'Environnement, déplore qu’RTE n’ait pas su se saisir de cette occasion historique pour enfin se démarquer des objectifs de court terme imposés par les enjeux de production d’EDF. Force est de constater que la filialisation de RTE maintient la gestion du réseau électrique dans le giron d’EDF qui impose le toujours plus de consommation électrique, quoi qu’il en coûte économiquement, énergétiquement, écologiquement.

RTE, au même titre que l’Ademe, doit devenir une entité distincte d’EDF afin d’acquérir une réelle autonomie stratégique. Cette autonomie se traduirait immanquablement par une meilleure gestion des infrastructures passant par une politique préventive visant à lisser les pics de consommation. A contrario, à chaque fois qu’EDF pousse aux gaspillages électriques (au travers de la promotion du chauffage électrique et de la climatisation), le producteur oblige RTE à surdimensionner son réseau en pure perte puisqu’inutilisé 99.9% de l’année.

Malgré cette tentative de manipulation avortée, ne boudons notre plaisir. Plus de trois millions de français… sans doute beaucoup plus, sont prêts à agir pour l’environnement. Il faut désormais que la puissance publique prenne la mesure des demandes citoyennes en menant enfin campagne pour maîtriser l’énergie, favoriser l’efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables.

Contact presse :
Stéphen Kerckhove – Agir pour l'Environnement – Tél. 0140310299 / 0673413062

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre