Agir pour l'Environnement - 1er mars 2007
L’EPR : un objet shadokien non identifié !
Moins la France consomme d’électricité… plus il faut en produire !


Paris, le 1er mars 2007 : Le Réseau Sortir du Nucléaire organise une manifestation décentralisée le 17 mars prochain pour contester l’EPR, nouveau réacteur électronucléaire. Agir pour l’Environnement s’associe à cette manifestation. En effet, la France a autorisé la construction de cet EPR à Flamanville sur la base d’une évolution de la consommation française erronée. Afin de légitimer ce prototype, EDF et RTE ont, durant le débat public, fourni des données manifestement trompeuses. Sans préjuger de la bonne foi de ces entreprises publiques, force est de constater que la légitimité énergétique de l’EPR se révèle sujette à caution.

Selon les scénarios envisagés par RTE, la consommation française passerait de 468,5 TWh en 2004 à 513 TWh en 2010, soit une augmentation de 2 à 3% l’an. Au regard de ces prévisions, Agir pour l’Environnement a tout naturellement été recherché le bilan énergétique 2006 qui laisse apparaître une consommation intérieure en baisse de 1%. Janvier 2007 a connu une baisse beaucoup plus marquée de 8,4% par rapport au même mois de l’année précédente.

Cette consommation intérieure intègre les pertes en ligne dues à une centralisation extrême des moyens de production représentant 32 TWh (soit 5,82% ou 5 centrales) auquel il faut ajouter une quinzaine de TWh utilisée pour l’enrichissement du combustible nucléaire. En sus de cette consommation intérieure, la France exporte 63,3 TWh (soit 11,53%) de la production représentant l’équivalant de 10 centrales nucléaires !

Manifestement, les scénarios avancés par EDF et RTE se révèlent faux. Pire, la France s’est engagée à augmenter sensiblement sa production d’électricité issue d’énergies renouvelables passant de 12,1% à 21% d’ici à 2010, soit une augmentation de plus de 48 TWh en seulement trois ans permettant de fait de suivre une hypothétique augmentation de la consommation.

Alors que la France baisse sa consommation électrique intérieure de 1% sans avoir même impulsée de politique ambitieuse de maîtrise de l’énergie, alors que la France devrait, pour respecter ses engagements européens, ajouter 48 TWh d’énergie renouvelable représentant 10% de sa consommation électrique, l’Etat français décide de construire un nouveau réacteur électronucléaire inutile énergétiquement !

Bien que la France ait une capacité de production de 116 GW lui permettant de répondre largement aux quelques pics de consommation fleuretant les 86 GW quelques minutes par an, le Gouvernement décide de construire un EPR, qui ne permettra pas de répondre à ces demandes de pointe.

Le nucléaire, peu flexible, ne peut en effet répondre aux augmentations brutales de consommation. Or, si demande supplémentaire il y a dans les années à venir, ce sera un besoin d’électricité en période de pointe que l’électricité atomique ne pourra suivre. La France s’achemine donc vers plus de nucléaire en base ET plus d’effet de serre en période de pointe !

Alors qu’RTE annonce, pour la seule année 2006, un bénéfice net en hausse de 40% s’établissant à 431 millions d’euros, Agir pour l’Environnement demande que ce bénéfice soit affecté au modeste budget de l’ADEME qui peine à dépasser les 309 millions d’euros. En 2006, le budget annuel global de l’ADEME représente moins de 71% des bénéfices de RTE !!!

Face à l’inutilité énergétique de l’EPR étayée par la publication des chiffres récents de la consommation électrique française, Agir pour l’Environnement réclame l’arrêt immédiat des travaux de cette nouvelle centrale nucléaire. L’avenir énergétique de la France mérite mieux qu’un débat idéologique manipulé par le lobby nucléaire.

Contact presse :
Stéphen Kerckhove – Agir pour l'Environnement – Tél. 0140310299 / 0673413062

> Imprimez cet article X Fermer la fenêtre