#cantineBio : Quand le gouvernement commet un lapsus rédactionnel qui en dit long sur ses intentions en matière de bio dans les cantines… | Association Agir pour l'Environnement

A propos

Le blog d'Agir pour l'Environnement recense toutes les actualités liées à l'association et ses campagnes.

Le Courriel'Action

Pour recevoir nos actions : Pétitions en ligne, Cyber actions, Happening, Cartes pétition, Manifestations, etc.

Recevoir nos actions

Suivre l'actualité

Comme des milliers d'autres personnes, suivez l'actualité de l'association et de ses actions.

S'abonner par email S'abonner par RSS Suivre sur Facebook Suivre sur Twitter

Campagne carte pétition en cours

Autoroutes... l'impasse climatique

La campagne Autoroutes : l'impasse climatique, éditée à 25000 exemplaires, a été initiée par Agir pour l'Environnement afin de faire pression sur le ministre de la transition écologique et la ministre déléguée en charge des transports, afin d'obtenir un abandon des projets autoroutiers. Cette campagne a débuté le 1er mars 2018 et devrait se clore le 31 décembre 2018.

Faites un don

Notre indépendance et nos actions de mobilisation ont un prix, votre soutien.

Faire un don

#cantineBio : Quand le gouvernement commet un lapsus rédactionnel qui en dit long sur ses intentions en matière de bio dans les cantines…

24/04/2018

alt

Alors que la loi issue des Etats généraux de l’Alimentation a démarré il y a trois semaines, le gouvernement a déposé à un amendement soumis aux votes des députés de la commission des affaires économiques.

Les députés de la commission Développement Durable avaient majoritairement adopté un amendement fixant explicitement un seuil de 50% de produits locaux ou sous signe de qualité dont 20% au moins de produits issus de l’agriculture biologique devant être servi en restauration collective d’ici 2022. Pourtant, sans respecter le vote des députés de sa propre majorité,  le gouvernement a proposé une nouvelle rédaction de l’article 11 qui laisse songeur sur ses intentions réelles…

L’exposé des motifs de l’amendement en question indique ainsi que « l’amendement propose de fixer dans la loi le pourcentage maximum des produits énumérés (50 %) et la part des produits issus de l’agriculture biologique (20 %) devant être acquis par les restaurants collectifs des personnes publiques. »

Dans l’esprit du gouvernement, le seuil fixé n’est pas un plancher mais un plafond à ne pas dépasser. Incidemment, si cet amendement n’avait pas été modifié in extremis par la députée Delphine Batho, des centaines de communes françaises offrant déjà plus de 20% de bio auraient été obligées de réduire la part de bio pour se conformer à la loi adoptée !!!

Il aura fallu la perspicacité de la députée des Deux-Sèvres et ancienne ministre de l’écologie, Delphine Batho pour que le terme « maximum » soit retiré de l’amendement du gouvernement.

Il s’en est fallu de peu que le gouvernement ne réussisse, une nouvelle fois, à freiner la croissance de la bio en France. Après la suppression d'une partie des aides aux agriculteurs bio, décidée unilatéralement en 2017 par le ministre de l’Agriculture, le gouvernement semble, consciemment ou inconsciemment tenté d’étouffer le développement de la bio.

A l’occasion du passage de la loi Alimentation en séance plénière, la vigilance sera de mise afin d’éviter que les lapsus rédactionnels du gouvernement, que d’aucuns nomment « ballon d’essai », ne prennent le pas sur les objectifs et engagements que le président de la République a maintes fois énoncé durant la campagne présidentielle.

--

Pour ne rien manquer d'Agir pour l'Environnement et ses actions, comme plusieurs dizaines de milliers d'autres citoyens :

--

Diffuser cet article :

Agir Pour l'Environnement - 2 rue du Nord - 75018 Paris - Tel : 01.40.31.02.37