110 km/h : La bonne conscience ne sauvera pas la planète

Communiqués de presse

La première ministre, Elisabeth Borne vient de confirmer qu’elle ne souhaitait pas réduire, par voie réglementaire, la vitesse de 20 km/h sur autoroute tout en reconnaissant que cette mesure permettrait de réduire de 25% les consommations des véhicules.

La première ministre, Elisabeth Borne vient de confirmer qu’elle ne souhaitait pas réduire, par voie réglementaire, la vitesse de 20 km/h sur autoroute tout en reconnaissant que cette mesure permettrait de réduire de 25% les consommations des véhicules.

En pleine COP27, cette non-annonce confirme ce que tout le monde savait déjà depuis la condamnation du gouvernement pour inaction climatique : la majorité actuelle espère répondre à l’urgence climatique en s’appuyant sur une addition de petits gestes sans effet réel.

Pour Agir pour l’Environnement, « la bonne conscience et autres verbiages plus vert que vert ne sauveront pas le climat. Il est grand temps de prendre la mesure de l’urgence climatique en adoptant des mesures réellement ambitieuses. »

Cette occasion manquée est d’autant plus regrettable qu’un récent sondage IFOP commandé par Agir pour l’Environnement indiquait que 63% des personnes interrogées étaient prêtes à réduire leur vitesse sur autoroute pour faire des économies.

QUELQUES DONNÉES

  • Avec 30 millions de tonnes de CO2 émis chaque année, les déplacements sur autoroute représentent plus de 20% des émissions carbone du secteur des transports, soit 6% des émissions totales en France. (1)
  • Une réduction de 20 km/h sur les autoroutes permettrait une économie monétaire de 1,4€/100 km pour les automobilistes tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre. (5) 
  • L’impact direct d’un ralentissement de la vitesse sur autoroute de 130 à 110 km/h correspond à une économie de carburants de 16% par kilomètre parcouru. (2)
  • Cela est également valable pour les voitures électriques, qui bénéficient d’une baisse de la consommation d’énergie de 24%. (3)
  • Pour les automobilistes, cela signifie une augmentation d’uniquement 8 à 9 min pour 100 km parcouru. Il est bon de rappeler ici que le trajet moyen sur le réseau autoroutier est de 58,4 km pour une voiture. (4)

Les avantages pour le climat sont réels puisqu’ils permettent une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre en moyenne sur ces transports, ce qui permettrait une réduction de 1,2% de nos émissions de GES.

1- https://corporate.vinci-autoroutes.com/fr/agir-pour-climat
2- https://www.cerema.fr/fr/actualites/emissions-routieres-polluants-atmospheriques-courbes
3- https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/V.3.pdf
4- https://www.autoroutes.fr/FCKeditor/UserFiles/File/ASFA_cles17.pdf
5- https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/pdf/pr/ccc-sedeplacer-reduire-les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-sur-les-autoroutes-et-voies-rapides.pdf