Nouvelle étude de l’INRA sur la toxicité des nanoparticules : Agir pour l'Environnement demande un moratoire | Association Agir pour l'Environnement

Recevoir les communiqués

S'abonner par mail S'abonner par rss

Nouvelle étude de l’INRA sur la toxicité des nanoparticules : Agir pour l'Environnement demande un moratoire

20/01/2017

Signataire(s) du communiqué

L’INRA publie aujourd’hui dans la revue Scientific Reports (Nature) une étude sur les effets de l’ingestion de nanoparticules de dioxyde de titane : lésions pré-cancers, immunité altérée, pénétration de la paroi intestinale, …

alt

Le dioxyde de titane, plus connu sous l’appellation E171, est très couramment utilisé dans l’alimentation en tant que colorant. On le retrouve dans de nombreux produits destinés aux enfants : bonbons, chewing-gum, biscuits, chocolats, sauces… 

Au vu des résultats de cette étude qui vient s’ajouter à d’autres études inquiétantes, le principe de précaution doit s’appliquer. Les enfants sont en première ligne : ils seraient deux à quatre fois plus exposés au dioxyde de titane que les adultes du fait de leur consommation de confiseries.

Agir pour l’environnement a démontré, dès juin 2016, que les nanoparticules sont déjà présentes à grande échelle dans les assiettes et ce à l’insu du consommateur. L’association a en effet fait analyser cinq produits alimentaires courants contenant du E171. Dans ces 5 produits choisis au hasard, à chaque fois le dioxyde titane se trouve à l’état de nanoparticules. Par exemple, dans des échantillons de bonbons « têtes brulées star effet rose à lèvres » le diamètre moyen des particules est de 29 nm.

Hier, le 19 janvier, des membres d’Agir pour l’Environnement ont apporté à la Secrétaire d’Etat à la consommation 150 produits alimentaires contenant du dioxyde de titane (E171). Agir pour l’Environnement demande le retrait de tous les produits alimentaires contenant des nanoparticules ainsi qu’un moratoire sur les nanoparticules dans l’alimentation.

Les nanoparticules sont des substances extrêmement petites et réactives grâce à un rapport surface/volume. Dans l’alimentation, ces nanoparticules sont utilisées dans les additifs alimentaires pour leurs propriétés nouvelles ou leurs propriétés amplifiées : dioxyde de titane (colorant), dioxyde de silicium (antiagglomérant).

Depuis plusieurs mois, Agir pour l’environnement interpelle les industriels afin pour qu’ils cessent d’utiliser ces substances qui font courir des risques inutiles aux consommateurs. Des fabricants ont ainsi annoncé le retrait du dioxyde de titane comme les entreprises William Saurin, Lutti et Magasins U.

Ressources complémentaires

Diffuser cet article :

Agir Pour l'Environnement - 2 rue du Nord - 75018 Paris - Tel : 01.40.31.02.37