317 Terre Preservee Copie

Nucléaire : Une campagne présidentielle... atomisée ?!

Moins, mieux, autrement… tel devrait être le triptyque fondateur de la politique énergétique hexagonale. Et ce, d’autant que la loi de transition énergétique a inscrit comme base légale une baisse de la consommation énergétique de 50% d’ici 2050, une diminution de la part du nucléaire dans le mix électrique à 50% d’ici à 2035 (contre 75% aujourd’hui) et une augmentation de la part des énergies renouvelables. En 2020, sur 27 pays européens, seule la France n’avait pas atteint ses objectifs en matière de développement des énergies renouvelables !

Contre vents et marées, nombre de candidats à l’élection présidentielle souhaitent relancer le nucléaire en construisant de nouveaux réacteurs atomiques ; et ce malgré l’échec du réacteur EPR de Flamanville dont le coût est passé de 3,3 milliards 
à 19,1 milliards d’euros selon une estimation de la Cour des Comptes.

Sans débat ni évaluations sérieuses, une équation impossible est en passe d’advenir. Baisser la part du nucléaire en diminuant notre consommation énergétique tout en augmentant la part des énergies renouvelables nécessiterait… la construction de 6 à 14 réacteurs nucléaires. Équation d’autant plus étrange que la France dispose de capacités de production électrique de base totalement surdimensionnée par rapport à la demande. En 2019, la production hexagonale s’est établie à 536 TWh pour une consommation domestique de 473 TWh, soit une surproduction égale à la production d’une dizaine de réacteurs nucléaires.
Il y a urgence à mettre réellement en œuvre une politique de sobriété énergétique en partant du principe que la seule énergie qui ne pollue pas est celle qu’on ne consomme pas.

Objectifs

De nombreux scenarii mettant au cœur de la politique hexagonale la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables existent. Sur ces deux axes, la France est à la peine. Pourtant, l’association NégaWatt a édité un scénario démontrant qu’une autre politique énergétique est possible. Pour ce faire, l’efficacité et la sobriété énergétique doivent être privilégiées. De nombreuses mesures de bon sens doivent être prises rapidement.

  • Adopter une grande loi sur la sobriété énergétique ;
  • Mobiliser durablement les moyens nécessaires à la rénovation thermique d’un million d’habitations par an ;
  • Interdire toutes les publicités incitant à un usage irrationnel de l’énergie ;
  • Obliger chaque collectivité à adopter un plan de sobriété énergétique visant à réduire d’ici 2030, leur consommation énergétique de 25% par rapport à 2020 ;
  • Élargir, quand cela est possible, les plages horaires d’extinction de l’éclairage public de 22h30 à 6h ;
  • Généraliser l’étiquetage « énergie » pour l’ensemble des appareils électroménagers et électroniques et appliquer une TVA réduite pour les appareils étiquetés A+.
  • Réduire la vitesse autorisée sur autoroute à 110 km/h et adopter une réglementation européenne visant à définir un poids et une vitesse limites pour tous les véhicules ;
  • Limiter strictement les appareils en veille.

Nos résultats

La campagne a été diffusée à nos adhérents en février 2022 et les signatures seront transmises aux candidats aux élections présidentielles.

 

 

Historique de la campagne


Actions


Commandez gratuitement le document de campagne "Nucléaire : une campagne présidentielle...atomisée ?" "

Agir

Ressources


Découvrez le document de campagne "Nucléaire : une campagne présidentielle...atomisée ?" "

Agissez maintenant : notre document de campagne propose des solutions pour plus de sobriété énergétique et interpelle les candidats aux élections présidentielles.


Foire aux questions "Nucléaire : une campagne présidentielle...atomisée ? "

Certains points concernant l'énergie nucléaire sont très souvent sujets à controverses. Consultez notre FAQ et les réponses aux questions les plus souvent posées à notre association.

Consulter